Une mannequin russe de 14 ans meurt d'épuisement: les pratiques chinoises pointées du doigt

Une mannequin russe de 14 ans meurt d'épuisement: les pratiques chinoises pointées du doigt

Publié le :

Lundi 30 Octobre 2017 - 10:03

Mise à jour :

Lundi 30 Octobre 2017 - 10:37
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La mort d'un très jeune mannequin russe qui a succombé vendredi à une méningite aggravée d'épuisement à Shanghai a créé la polémique, notamment quant aux méthodes de certaines agences chinoises accusées d'exploiter ces adolescentes.

Après 13 heures de travail, l'adolescente a fini par succomber. L'histoire qui semble évoquer une obscure usine du Tiers-monde a en réalité pour scène le monde de la mode. Vlada Dzyuba, jeune mannequin russe, est morte d'épuisement vendredi 27 , a révélé le Siberian Times. Deux jours auparavant, elle avait sombré dans le coma alors qu'elle se préparait à défiler à Shanghaï. Un drame qui a amené à la dénonciation de certaines pratiques chinoises concernant le travail de ces mannequins à peine sorties de l'enfance.

Les résultats de l'autopsie ont révélé que Vlada Dzyuba avait succombé à une méningite aggravée par un état d'épuisement sévère. Mais surtout, la jeune fille, accaparé par son travail, ne s'est pas rendue à l'hôpital malgré cette pathologie potentiellement mortelle et notamment les fortes fièvres qui l'accompagnent.

Malgré sa fatigue et les conseils de sa mère restée en Russie, l'adolescente a continué à travailler. Durant le défilé, mercredi 25, elle s'est finalement écroulée avant de sombrer dans le coma. Elle a succombé à l'hôpital sans s'être réveillée et avant que sa mère obtienne un visa pour la Chine.

Toujours selon le média russe, la jeune fille ne se serait pas rendue à l'hôpital notamment parce qu'elle n'avait aucune assurance santé. Une protection qu'est pourtant censée fournir l'agence de mannequinat chinoise qui l'avait engagée. Mais beaucoup dénoncent les conditions de travail de ces mineures russes, très demandées sur le marché chinois, et une exploitation pure et simple ou des "contrats d'esclavage".

Vlada Dzyuba a sombré dans le coma et ne s'est jamais réveillée.

Commentaires

-