Une nouvelle "fausse victime" présumée du 13 novembre devant la justice

Une nouvelle "fausse victime" présumée du 13 novembre devant la justice

Publié le :

Mardi 02 Octobre 2018 - 09:28

Mise à jour :

Mardi 02 Octobre 2018 - 09:40
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Ce mardi, Alexandra Damien devra répondre devant la justice de ses déclarations où elle prétend être une victime des attentats du 13 novembre (à la terrasse du Petit Carillon) ce qui est visiblement faux. Elle avait touché de l'argent du fonds d'indemnisation et s'était fait tatouer sur la peau la devise de Paris pour se "reconstruire".

C'est une fois de plus le procès d'un phénomène que les familles endeuillées du 13 novembre peinent encore à comprendre: ce mardi 2, la justice va devoir juger le cas d'Alexandra Damien, une trentenaire "fausse victime" de la série d'attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre 2015. La jeune femme poussé loin l'imposture présumée, touchant au passage 20.000 euros versés par le fonds de dédommagement des victimes.

Car Alexandra Damien s'est non seulement déclarée victime, mais elle est également apparue de manière visible sur les médias dès le lendemain des faits. Le 14 novembre, elle explique les yeux rougis de larmes qu'elle devait rejoindre cinq amis à la terrasse du Petit Carillon (15 morts), où deux seront tués. Son témoignage a notamment été publié sur la chaîne américaine CNN.

Début 2016, la trentenaire rejoint une association de victimes, Life for Paris, mais avancera une autre version: elle explique avoir bien été présente sur les lieux et avoir été blessée lors de l'attaque au bras, photos la montrant avec une attelle à l'appui.

Voir aussi: Une fausse victime du Bataclan jugée pour escroquerie

En 2017, lors d'un reportage réalisé par l'Agence France Presse et diffusé ensuite dans plusieurs médias (voir ici), Alexandra Damien apparaît de nouveau. Le thème? Le tatouage comme manière de se reconstruire. La jeune femme arbore en effet sur son bras gauche la devise de Paris Fluctuat nec mergitur marquée sur sa peau à l'encre indélébile.

Entre 2016 et 2017 elle recevra quatre versements du Fonds de garantie des victimes d'actes de terrorisme (FGTI) pour un montant total de 20.000 euros.

Les premières affaires de fausses victimes révélées, l'association a décidé d'enquêter sur cette étrange adhérente et un signalement est fait aux policiers. En juin 2018, Alexandra Damien est arrêtée puis mise en examen et placée sous contrôle judiciaire. Ce sera la troisième fois en quelques mois qu'une fausse victime devra répondre de ses actes devant la justice.

Lire aussi:

Des victimes du Bataclan portent plainte pour "non-assistance à personne en péril"

Médine: des victimes du Bataclan dénoncent la récupération politique

Alexandra Damien assurait avoir été présente, et blessée, au Petit Carillon.


Commentaires

-