Une parisienne écope de 68 euros d'amende pour avoir déposé un livre sur un trottoir, la Mairie l'annule

Une parisienne écope de 68 euros d'amende pour avoir déposé un livre sur un trottoir, la Mairie l'annule

Publié le :

Vendredi 17 Février 2017 - 12:25

Mise à jour :

Vendredi 17 Février 2017 - 12:37
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Prise sur le fait par deux policiers municipaux, une parisienne a écopé de 68 euros d'amende pour avoir déposé un livre sur le trottoir d'une librairie de la capitale. Jeudi, la mairie de Paris s'est rétractée.

Un livre peut-il être considéré aussi sale qu'un mégot de cigarette ou une déjection canine? C'est ce qu'ont estimé les deux policiers qui ont interpellé le 31 janvier dernier Gwenaëlle, une parisienne passionnée de lecture pratiquant le libre partage de livre. La femme a écopé de 68 euros d'amende pour avoir déposé un livre d'images sur un trottoir de la rue de la Goutte-d'Or dans le 18ee arrondissement de Paris, relate BFMTV. Un acte réprimandé par les agents municipaux qui l'ont verbalisé pour "dépôt d'ordure" sur la voix publique.

Habituée à partager des livres avec des inconnus, Gwenaëlle souhaitait déposer le sien dans une librairie. Ne trouvant pas de "boîte à livre" elle a décidé de poser l'ouvrage sur le bitume devant la boutique espérant "qu'il trouve propriétaire". Sidérée par sa mésaventure, elle l'a raconté à France Bleu, précisant que le montant de l'amende est le "même tarif que pour une déjection canine ou un mégot de cigarette sur le trottoir." Selon elle, cette situation est: "assez symptomatique de notre époque, où le fait qu'on essaye de tout cadrer et d'appliquer la loi avec zèle nous fait perdre notre bon sens".

Le témoignage de Gwenaëlle a suscité de nombreux messages de la part des internautes. Un réconfort qui la rassure: "il y a encore des gens debout, des gens qui ont envie de mettre de la poésie dans la vie sans forcément qu'il y ait un cadre légal ou administratif. On n'a pas besoin d'une autorisation en trois exemplaires pour faire une boîte à livres. Je me dis qu'il y a encore des gens qui sont dans le partage sain", s'exprime-t-elle. Selon France Bleu, elle pensait contester l'infraction avant que la Mairie de Paris n'affirme jeudi 16 via un message sur Twitter qu'il s'agissait "d'une erreur": "Paris aime les livres et encore plus ceux qu’on partage. Nous allons annuler l’amende", a-t-elle précisé.

Le tarif de l'amende est aussi élevée que pour un mégot de cigarette ou une déjection canine.


Commentaires

-