Finistère: un adolescent se tue après une chute lors de l'exploration d'une usine abandonnée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Finistère: un adolescent se tue après une chute lors de l'exploration d'une usine abandonnée

Publié le 03/04/2017 à 12:13 - Mise à jour à 12:29
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un adolescent, adepte de l'exploration urbaine, s'est tué accidentellement dimanche dans la commune de Rosporden dans le Finistère. Il a chuté du toit d'une usine lorsque le sol s'est brusquement dérobé sous ses pieds.

Il n'avait que 17 ans et sa passion a causé sa mort. Dimanche 2, un adolescent est décédé après avoir chuté du toit d'une usine désaffectée dans laquelle il était entré par effraction. Le jeune garçon était un adepte de "l'urbex", l'exploration urbaine. Une pratique qui consiste a évoluer sur des lieux en déshérence ou inaccessibles, éventuellement en filmant ses péripéties.

L'adolescent a réussi à s'introduire, en compagnie d'un camarde pratiquant également cette activité, dans l'usine Boutet-Nicolas de Rosporden, dans le département du Finistère. Le lieu est désert depuis l'arrêt de l'activité de mise en boîte de petits pois et de lentilles en 2014.

D'après les premiers éléments de l'enquête, les deux jeunes sont montés sur le toit du bâtiment. Là, une partie de la toiture, sans doute vétuste après trois ans d'abandon et de squat, a brusquement cédé. Le jeune garçon de 17 ans est happé par ce sol qui s'effondre sous lui et s'écrase sur le plancher de l'usine, cinq mètres plus bas. Il est vraisemblablement mort sur le coup.

Les pompiers interviennent rapidement mais ne peuvent que constater son décès. L'ami qui l'accompagnait, lui, est en état de choc mais s'en sort indemne physiquement.

Le lieu était connu dans la région pour avoir abrité, depuis sa fermeture, une rave-party sauvage. L'endroit recevait fréquemment la visite des pratiquants d'exploration urbaine.

Le maire de la commune de Rosporden a lancé un appel à la coopérative agricole, la Cecab, qui est toujours propriétaire des lieux même si elle ne les exploite plus pour améliorer la sécurité et rendre plus difficile l'accès au bâtiment abandonné.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Les pompiers n'ont rien pu faire pour le jeune homme, probablement mort sur le coup.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-