Le directeur d'une école coranique jugé pour avoir rasé et molesté un enfant

Le directeur d'une école coranique jugé pour avoir rasé et molesté un enfant

Publié le :

Jeudi 08 Mars 2018 - 11:53

Mise à jour :

Jeudi 08 Mars 2018 - 11:56
Le directeur d'une école coranique de Sarcelles dans le Val-d'Oise ainsi que trois animateurs de la ville sont ce jeudi devant la justice pour avoir molesté un enfant de 12 ans l'année dernière. Le jeune garçon s'était rendu un soir à un cours d'arabe avec les cheveux teints en blond, et s'était fait raser la tête.
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le directeur d'une école coranique et trois animateurs de la ville de Sarcelles sont jugés ce jeudi 8 par le tribunal correctionnel de Pontoise. Le premier est poursuivi de complicité de violences sur un enfant de 12 ans, et les autres suspects -qui auraient reçu des ordres du directeur en question- de violences aggravées.

Les faits se sont déroulés le 27 avril 2017. L'enfant violenté s'était rendu ce soir-là à son cours d'arabe à la mosquée Foi et Unicité avec une nouvelle coiffure, qui n'a pas du tout plu à son enseignant.

Le jeune garçon s'était teint les cheveux en blond et, selon le directeur de l'école coranique, la religion interdit ce type de coiffures. Il a alors décidé de punir l'enfant.

Lire aussi: Sarcelles - deux adolescents agressent violemment un enfant de 8 ans portant une kippa

Devant témoins, il s'est fait apporter une tondeuse et a rasé son élève, en lui enlevant une bande au milieu du crâne, et en le laissant comme ça au milieu des autres élèves pour l'humilier.

Profondément vexé, le jeune adolescent est rentré chez lui puis est revenu plus tard pour jeter des œufs sur la façade de l'établissement, déclenchant l'ire du directeur de l'école coranique.

Selon Le Parisien, c'est le lendemain que l'enseignant a appelé d'autres personnes pour infliger une violente correction à son élève. Ce dernier a expliqué avoir été isolé dans une pièce et avoir été frappé à de nombreuses reprises par trois hommes, qui lui ont laissé peu de répit entre chaque série de coups. La victime a eu le nez et la bouche en sang.

Le directeur de cette école a reconnu les faits et admis que sa réaction était "disproportionnée". Il a expliqué que, pour lui, la teinture blonde de l'enfant était "un premier pas dans la délinquance".

Le directeur d'une école coranique de Sarcelles dans le Val-d'Oise est poursuivi pour complicité de violences sur un enfant de 12 ans.


Commentaires

-