Val-de-Marne: Il poignarde ses quatre invités dans leur sommeil

Val-de-Marne: Il poignarde ses quatre invités dans leur sommeil

Publié le :

Lundi 22 Octobre 2018 - 07:53

Mise à jour :

Lundi 22 Octobre 2018 - 07:55
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un migrant afghan d'une trentaine d'années a poignardé samedi quatre personnes qu'il avait invitées à dormir, à Nogent (Val-de-Marne). Il aurait été pris d'une crise de démence.

Ce serait un coup un "coup de folie", c'était en tout cas au lendemain de l'agression la seule explication qu'avait pu trouver les enquêteurs pour expliquer qu'un homme ait poignardé quatre de ses amis dans leur sommeil, alors qu'il les avait invités à dormir, pour la nuit du vendredi 19 au samedi 20.

Les faits rapportés par Le Parisien se sont déroulés dans un appartement appartenant à une association aidant les migrants à se loger et situé à  Nogent, dans le Val-de-Marne. L'individu qui y résidait, un Afghan d'une trentaine d'années, avait donc proposé à plusieurs de ses connaissances de les héberger.

Voir: Bobigny: il poignarde une femme de 84 ans à 42 reprises

Six personnes dormaient sur place lorsqu'à l'aube, l'hôte s'est emparé d'un couteau de cuisine et s'est jeté sur ses amis qui dormaient encore. Il a poignardé quatre d'entre eux, en blessant grièvement deux qui se trouvaient toujours dimanche 21 dans un état grave à l’hôpital Sainte-Camille à Bry-sur-Marne. Toutefois, selon le quotidien, leurs jours n'étaient plus en danger. Les deux autres victimes, plus légèrement touchées, ont été brièvement hospitalisées.

L'auteur des coups de couteau a été interpellé et placé en garde à vue. Les motifs de son geste restaient encore incompris au lendemain des faits. Selon les enquêteurs, il aurait été pris d'une "crise de  démence".

Ce sera toutefois à la justice et aux experts psychiatres de définir si le jugement de l'individu était totalement "aboli" au moment de l'agression, ce qui le rendrait pénalement irresponsable. Il ne pourrait alors pas être condamné mais faire l'objet d'un placement contraint en établissement psychiatrique.

Lire aussi:

Nord: poignardé à mort par voisin car la musique était trop forte

Paris: poignardé à mort à 17 ans pour une trottinette

L'homme aurait poignardé ses amis dans leur sommeil après une "crise de démence".


Commentaires

-