Val-d'Oise: une escroquerie à l'Assurance maladie à plusieurs millions d'euros

Val-d'Oise: une escroquerie à l'Assurance maladie à plusieurs millions d'euros

Publié le :

Mercredi 11 Avril 2018 - 18:18

Mise à jour :

Mercredi 11 Avril 2018 - 18:28
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une dizaine de personnes ont été placées en garde à vue fin mars dans le Val-d'Oise pour une vaste escroquerie à l'Assurance maladie. Elles auraient instauré un système de surfacturation concernant des patients atteints de cancer.

Les suspects auraient gagné des millions d'euros sur le dos de la Sécurité sociale et grâce à des patients gravement malades. Et ce ne sont pas des bénéficiaires mais des professionnels de santé qui sont mis en cause.

Une dizaine de personnes ont été interpellées dans le Val-d'Oise fin mars pour une vaste escroquerie à la sécurité sociale ainsi que des abus de bien sociaux. Au total, ils auraient ainsi pu se partager près de 5 millions d'euros, dont 3 millions obtenus via l'Assurance maladie.

Lire aussi: Hauts-de-France - une vaste fraude aux prestations sociales stoppée

Les mis en cause sont un oncologue, un couple de gérants d'une entreprise de matériel médical et sept infirmières. Pour arriver à leurs fins, ils auraient mis en place un système de surfacturation et de surprescriptions. Détail assez sordide, ces prescriptions fantasques concernaient des patients souffrant de cancer et souvent en fin de vie, révèle Le Parisien.

Les professionnels de santé auraient mis en place un système de rétrocommissions, reversant une partie des remboursements indûment obtenus aux propriétaires de l'entreprise de matériel médical.

Mais les montants ont finalement alerté des familles de patients qui ont signalé ce curieux manège. Depuis l'automne dernier donc, les gendarmes enquêtaient sur ce système frauduleux présumé sous l'autorité la section économique et financière du parquet de Pontoise.

Elle a abouti au placement en garde à vue de ces 10 personnes.

La justice a d'ores et déjà ordonné la saisie à titre conservatoire de certains biens qui auraient pu être obtenus grâce à l'argent ainsi détourné. Cela représente une valeur totale de 1,12 million d'euros en biens immobiliers, véhicules, matériel multimédia et bouteilles de champagne. La défense a fait appel de cette décision.

Les suspects auraient profité de patients en fin de vie pour instauré un système de surfacturation,


Commentaires

-