Valenciennes: elle ne peut pas payer l'enterrement de son mari et passe 6 jours avec son cadavre

Valenciennes: elle ne peut pas payer l'enterrement de son mari et passe 6 jours avec son cadavre

Publié le :

Dimanche 01 Avril 2018 - 10:26

Mise à jour :

Dimanche 01 Avril 2018 - 10:28
Le journal "La Voix du Nord" évoque une affaire de misère sociale s'étant déroulée à Valenciennes: une femme a passé six jours avec le corps de son mari en décomposition faute de pouvoir lui payer des funérailles.
©Alfred/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est un drame de la pauvreté et de la lenteur administrative que rapporte le quotidien local La Voix du Nord. Une femme de 55 ans a dû passer six jours avec le cadavre de son mari en train de se décomposer dans son logement, faute d'avoir des moyens pour organiser des funérailles.

Les faits se déroulent à Valenciennes dans le Nord. Vendredi 9 mars, Marc Lecompte décède. Son épouse, Thérèse, n'a pas les moyens de s'offrir les services d'une entreprise de pompes funèbres. Elle se rend donc à la mairie pour solliciter une prise en charge par la municipalité.

Légalement, la mairie doit effectivement organiser une inhumation quand les proches n'ont pas les moyens. Mais la loi prévoit aussi que la commune peut d'abord vérifier par une enquête si le défunt n'a pas de famille pouvant prendre ne charge cette dépense. Une démarche qui a pris six jours dans le cas de Marc Lecompte avant que les choses ne s'accélèrent enfin.

Lire aussi - Obsèques: les écarts de prix et pratiques frauduleuses des pompes funèbres dénoncés

Ce sera finalement une voisine habitant le même immeuble qui donnera l'alerte en se plaignant des odeurs envahissant les parties communes du bâtiment.

Les pompes funèbres interviendront pour lever le corps qui sera enterré dans une fosse pleine terre du cimetière Saint-Jean. La municipalité a cédé gratuitement la concession pour une durée de cinq ans à la veuve.

Interrogée par le journal local, la malheureuse épouse a expliqué qu'elle était en train d'économiser pour offrir à son défunt époux un enterrement correct.

Faute de moyens, le corps est resté six jours au domicile de la veuve.


Commentaires

-