Vendée: il publiait des photos dénudées de ses "amies" Facebook mineures car "elles sortaient avec plein de mecs"

Vendée: il publiait des photos dénudées de ses "amies" Facebook mineures car "elles sortaient avec plein de mecs"

Publié le :

Mardi 26 Septembre 2017 - 15:44

Mise à jour :

Mardi 26 Septembre 2017 - 15:50
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un jeune homme a été condamné en Vendée pour avoir diffusé sur Facebook les photos dénudées de trois adolescentes d'une quinzaine d'années. Il voulait se venger par jalousie.

"Par chance, aucune de ces jeunes filles ne s'est suicidée!", s'est exclamé le procureur de la République de Vendée. Un jeune homme de 21 ans est jugé par le tribunal de la Roche-sur-Yon pour avoir diffusé sur Internet des photos dénudées de jeunes filles mineures qu'il avait en "amies" sur Facebook, révèle France Bleu Loire Océan.

Le prévenu a expliqué à l'audience qu'il entretenait des relations virtuelles avec les trois adolescentes en question. Il n'avait d'ailleurs rencontré en personne que l'une d'entre elles une seule fois, les autres n'ayant de contact avec lui que sur Skype ou Facebook. Au cours de discussions virtuelles, il est parvenu à leur soutirer des photos nues ou dans des positions suggestives.

C'est lorsqu'il découvre que les jeunes filles fréquentent d'autres garçons, qu'il décide de se venger. Il aurait ainsi mis en ligne des photos d'elles dénudées, accompagnées parfois d'insultes et de leurs coordonnées. Et comme souvent sur les réseaux sociaux, ces clichés compromettant circulent massivement, jusque dans l'entourage des victimes: "Pour l'une d'elle, c'est tout le lycée qui est au courant. Une autre jeune fille commence à s'auto-mutiler", explique France Bleu.

Pour justifier son acte, il dira qu'"elles faisaient des choses pas bien", d'après la radio. "Elles sortaient avec plein de mecs", a-t-il expliqué lors de son procès. Des explications qui n'ont pas touché le tribunal puisque le jeune homme condamné à un suivi socio-judiciaire de cinq ans, et devra suivre des soins. Il a également été inscrit au fichier des délinquants sexuels, et devra verser quelques centaines d'euros de dommages et intérêts à deux de ses victimes.

Pour justifier son acte, le prévenu a estimé qu'"elles faisaient des choses pas bien".


Commentaires

-