Vendée: ouverture du procès de la mère et du beau-père d'Angèle, une fillette torturée à mort

Vendée: ouverture du procès de la mère et du beau-père d'Angèle, une fillette torturée à mort

Publié le :

Lundi 09 Octobre 2017 - 10:43

Mise à jour :

Lundi 09 Octobre 2017 - 10:54
©Michael Coghlan/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Ce lundi s'est ouvert le procès des parents de la petite Angèle à la cour d'assises de La Roche-sur-Yon en Vendée. Ils sont accusés d'actes de torture et de barbarie, la maman comparait aussi pour meurtre. La fillette était en effet décédée en septembre 2014.

Turbulente et désobéissante selon sa mère et son beau-père, la petite Angèle avait été retrouvée morte le 8 septembre 2014. Ils venaient alors d'emménager tous ensemble à Saint-Georges-de-Pointindoux, en Vendée. Leur procés a débuté ce lundi 9 à la cour d'assises de La Roche-sur-Yon, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest des lieux du drame.

L'état du corps de l'enfant de quatre ans avait posé question aux secouristes et un examen approfondi avait été réalisé. La maman et son compagnon avaient alors expliqué qu'une chute dans l'escalier et une douche trop chaude étaient la cause de ses hématomes et autres brûlures. Pourtant, l'autopsie de la fillette avait démontré qu'elle avait été victime de nombreux coups à différents endroits du corps ainsi que de morsures.

Le corps de la petite victime était également recouvert à 35% de brûlures au deuxième et troisième degré. Placés en garde-à-vue, les deux adultes avaient reconnus les coups, justifiés par le comportement turbulent d'Angèle depuis trois semaines. Ce laps de temps correspondait à l'emménagement de la mère et de la fille chez David Pharisien, le nouveau compagnon de la maman d'Angèle.

Jordane Dubois, 24 ans et son ancien amant, sont accusés de torture et actes de barbarie sur mineur de moins de quinze ans. La maman comparait aussi pour meurtre: c'est elle qui a avoué avoir effectué une pression sur le cou d'Angèle, morte par strangulation. La suspecte a pourtant nié avoir voulu lui ôter la vie.

Jordane Dubois risque la prison à perpétuité. Le verdict du procès sera rendu vendredi 13. Le papa d'Angèle sera présent puisqu'il s'est constitué partie civile. Lors de sa séparation d'avec la mère de son enfant en 2011, il avait alerté les services sociaux du Val-de-Marne, où il résidait. L'enquête réalisée alors avait conclu qu'Angèle ne risquait rien auprès de sa maman.

Le verdict du procès de la mère et du beau-père d'Angèle est attendu vendredi 13.


Commentaires

-