Vichy: nu, il volait les culottes de sa voisine depuis cinq ans

Passe-muraille

Vichy: nu, il volait les culottes de sa voisine depuis cinq ans

Publié le :

Mardi 01 Août 2017 - 16:54

Mise à jour :

Mardi 01 Août 2017 - 17:16
Un couple vivant à Vichy, et qui déplorait depuis 2012 des vols de sous-vêtements, a installé des caméras de surveillance pour y mettre fin. Les images ont révélé que c'est un voisin qui, nu, pénétrait chez eux par un soupirail pour dérober cet étrange butin.
©Wikimedia Commons

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

  
-A +A

Il aura fallu cinq ans et la mise en place d'un système de vidéosurveillance pour qu'un couple parvienne à élucider le mystère de la disparition des sous-vêtements de Madame. L'affaire révélée lundi 31 et pour le moins insolite a eux lieu à Vichy (Allier).

Depuis 2012, les membres de ce couple avaient constaté que quelqu'un dérobait des petites culotes chez eux, révèle La Montagne. Une situation qui se produisait environ une à deux fois par an. Mais surtout, les victimes ne comprenaient pas comment un individu parvenait à se faufiler chez elles sans laisser d'autres traces qu'un tiroir à sous-vêtements vide. Elles ont même changé toutes les serrures de leur logement à deux reprises au cours de cette période. Ce qui n'a eu aucun impact sur les vols.

Excédé, le couple a décidé de miser sur la vidéosurveillance et d'installer des caméras. Celles-ci ont finalement révélé le pot aux roses. L'auteur des vols se trouvait être leur voisin, un homme de 48 ans. S'il n'était guère gêné par les nouvelles serrures, c'est qu'il passait par un soupirail dont il retirait à son arrivée un des barreaux qu'il replaçait soigneusement à son départ.

Fait insolite dans une affaire qui l'est déjà beaucoup, lors de sa dernière opération immortalisée par les caméras, le passe-muraille ne portait aucun vêtement, seulement une lampe frontale. Autre preuve découverte, les sous-vêtements soigneusement conservés dans un box.

Le voleur était inconnu des services de police. Il devrait être convoqué en décembre prochain pour s'expliquer. Il risque jusqu'à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende pour vol "commis dans un local d'habitation (...)en pénétrant dans les lieux par ruse, effraction ou escalade" (article 311-5 du code pénal).

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
Le voleur ne portait qu'une lampe frontale lors de sa dernière opération.

Commentaires

Identifiez-vous pour poster des commentaires