Villefranche-sur-Saône: un drone carbonisé retrouvé dans la cour d'une prison

Villefranche-sur-Saône: un drone carbonisé retrouvé dans la cour d'une prison

Publié le :

Mercredi 29 Mars 2017 - 13:57

Mise à jour :

Mercredi 29 Mars 2017 - 14:09
Le 17 mars dernier, un drone a été découvert au sein de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône. Il aurait pu servir à apporter des objets interdits aux détenus comme des téléphones portables, des stupéfiants ou encore des armes.
©Caro Photos/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les surveillants pénitentiaires ont fait une surprenante découverte le 17 mars dernier. Ce jour-là, ils ont retrouvé les restes d'un drone au beau milieu de la cour de la prison de Villefranche-sur-Saône. Carbonisé, l'engin aurait pu permettre d'assurer à des détenus un lien avec l'extérieur: grâce à ce procédé, des objets interdits auraient pu être transmis aux prisonniers comme des téléphones portables, des stupéfiants ou encore des armes.

Selon les premières pistes évoquées, le drone aurait été bloqué une fois dans l'enceinte de la prison suite à une défaillance technique ou une perte de contrôle par son pilote. Face à ce problème, certains détenus auraient eu l'idée d'effacer toutes traces afin d'éviter d'éveiller l'attention de la direction de l'établissement. 

Interrogées par Le Progrès, les autorités s'interrogent sur la fréquence des vols de drones. Pour le moment, ils ignorent si cette découverte résulte d'une première tentative qui a mal tourné ou bien si les vols de drones en direction de la prison sont réguliers. Alors pour tenter de répondre avec précision à ces questions, le parquet de Villefranche-sur-Saône a diligenté une enquête pour "infraction au code des transports, communication illicite avec détenu et tentative d'introduction d'objet en détention".

Depuis le 24 octobre dernier, la réglementation sur les drones a été renforcée et s’applique aux drones de loisir pesant moins de 800 grammes. Concrètement, l’engin ne doit pas voler à plus de 150 mètres du sol et toujours hors des zones habitées. L'appareil doit toujours évoluer dans le champ de vision de son pilote, à une distance maximale de 200 mètres. En parallèle, il est également formellement interdit de faire voler un drone par-dessus certaines zones définies du territoire français (centrale nucléaire, camp militaire, aéroport, etc.) ou encore de nuit (sauf sous certaines conditions).

Les surveillants de la prison de Villefranche-sur-Saône ont retrouvé les restes d'un drone dans la cour d'établissement.


Commentaires

-