Viol d'une interprète de France 5: trois migrants afghans arrêtés et placés en garde à vue

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Viol d'une interprète de France 5: trois migrants afghans arrêtés et placés en garde à vue

Publié le 03/11/2016 à 17:39 - Mise à jour à 17:41
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dans le cadre de l'enquête pour le viol d'une interprète de France 5, qui avait eu lieu en octobre dernier aux abords de la Jungle de Calais, trois migrants afghans ont été arrêtés ce mercredi à Rungis (Val-de-Marne) et placés en garde à vue. Jusqu'à présent, ils ont nié leur implication dans le crime qui leur est reproché.

Trois migrants afghans ont été arrêtés mercredi 2 à Rungis (Val-de-Marne) et placés en garde à vue à Paris pour le viol en octobre aux abords de la Jungle de Calais d'une interprète travaillant pour France 5, a-t-on appris ce jeudi 3 auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer. Ces trois migrants, qui disent être afghans et âgés de 30 à 35 ans, ont été arrêtés dans un centre pour travailleurs étrangers de Rungis grâce au portrait-robot de l'agresseur dressé avec le témoignage de l'interprète lors de ses auditions, a rapporté le parquet à l'AFP. Leur culpabilité n'est toutefois pas établie à ce stade.

Une information judiciaire avait été ouverte le 27 octobre pour "viol et vol avec arme" par un juge d'instruction boulonnais sur commission rogatoire nationale, a précisé le parquet. Entendus lors de leur garde à vue à Paris, toujours en cours, les trois migrants afghans ont nié leur implication dans le crime qui leur est reproché. Mais contrairement à ce qu'ils ont affirmé, l'enquête a établi qu'ils sont passés par la "Jungle de Calais, a indiqué le parquet.

Ils pourraient être transférés vers Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) sur décision d'un juge d'instruction parisien, et présentés à un juge boulonnais lundi, a ajouté cette source.

Entre 2h et 3h, un journaliste freelance et une interprète de langue pachtoune réalisaient un reportage pour France 5 aux abords de la Jungle de Calais, lorsqu'ils ont été pris à partie par trois Afghans, qui ont d'abord voulu voler leur matériel. Puis l'un de ces trois individus a obligé l'interprète à avoir un rapport sexuel sous la menace d'un couteau tandis que les deux autres maintenaient le journaliste à distance, également avec un couteau.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


PARTAGER CET ARTICLE :


Les trois migrants, qui disent être afghans et âgés de 30 à 35 ans, ont été arrêtés dans un centre pour travailleurs étrangers de Rungis.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-