Violée à 15 ans par une douzaine d'hommes lors d'une croisière, elle attaque la compagnie

Violée à 15 ans par une douzaine d'hommes lors d'une croisière, elle attaque la compagnie

Publié le :

Jeudi 25 Juillet 2019 - 15:55

Mise à jour :

Jeudi 25 Juillet 2019 - 16:01
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La justice américaine vient de reconnaître le bien-fondé d'une action en justice lancée par une jeune fille violée lors d'une croisière par une douzaine d'hommes lorsqu'elle avait 15 ans en 2015. Elle estime que l'armateur Royal Caribbean International porte une part de responsabilité, l'équipage n'ayant rien fait pour empêcher le groupe d'agresseurs de l'emmener dans une cabine pour abuser d'elle.

La justice a finalement estimé que le transporteur pourrait être considéré comme responsable: une Cour d’appel américaine a décidé de retenir la responsabilité de l’armateur de croisière touristique Royal Caribbean International dans une affaire de viol en réunion sur une jeune fille de 15 ans en 2015. La victime avait porté plainte contre la compagnie américano-norvégienne, estimant qu’elle avait été forcée à boire par ses agresseurs pour la rendre vulnérable, le tout sous les yeux de l’équipage qui n’a rien fait.

L’affaire éclate en décembre 2015. La jeune fille de 15 ans voyage à bord du Oasis of the Seas en compagnie de ses grands-parents et de ses sœurs pour un voyage d’une semaine, comme le rapporte la presse américaine (voir ici).

Le premier soir de cette croisière, un groupe d’une douzaine d’hommes lui aurait offert de multiples boissons alcoolisées, achetées auprès des points de vente du bateau, à la vue des membres de l’équipage. La jeune fille aurait ensuite été conduite dans une cabine où le groupe lui a imposé un viol en réunion.

Lire aussi - Viol en réunion par des rugbymen: bientôt la tenue d'un procès?

La plaignante avait justifié son recours en justice en expliquant que toute la scène, sauf le viol, s’est déroulée devant des témoins et sous le regard des caméras de surveillance. Ce genre de faits, assure la partie plaignante, ne serait en outre pas une première pour la compagnie qui ne ferait pas de prévention suffisante auprès des passagers sur les risques d’agressions sexuelles lors des croisières.

Lors d’une décision en première instance, un tribunal de Floride avait débouté la jeune fille estimant qu’il n’y avait pas de négligence de la part de l’armateur. Ce revirement ouvre maintenant la voie à une action en justice et une reconnaissance de la faute de la compagnie.

Voir aussi:

Val-de-Marne: une mineure violée et martyrisée dans un Airbnb

Une femme en fauteuil roulant violée dans un centre de rééducation par un patient

 

La jeune fille avait été violée sur un bateau de croisière en décembre 2015 (illustration).


Commentaires

-