Violences faîtes aux femmes: le gouvernement souhaite lutter plus efficacement

Violences faîtes aux femmes: le gouvernement souhaite lutter plus efficacement

Publié le :

Mardi 22 Novembre 2016 - 12:50

Mise à jour :

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:24
La ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol présentera mercredi son cinquième plan de lutte contre les violences faites aux femmes. Ce nouveau programme veut inciter les victimes à porter plainte mais souhaite aussi augmenter le nombre de places dans les centres d'accueil. La protection des enfants fait également partie intégrante de ce plan.
©Kenzo Tribouillard / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Mercredi 23, le gouvernement lancera son cinquième plan de lutte contre les violences faites aux femmes pour la période 2017-2019. Franceinfo qui a pu consulter le plan en avant-première en révèle quelques éléments. 

Chaque année en moyenne, 223.000 femmes sont victimes de violences conjugales dont 84.000 sont violées ou agressées sexuellement. En 2015, ce sont 122 femmes qui sont décédées sous les coups de leur compagnon, note le programme. Mais le gouvernement souhaite logiquement faire chuter ces chiffres. Ce plan de 80 pages fixe "39 grands objectifs" déclinés en "122 actions". Laurence Rossignol, ne sera cependant pas la seule à mettre en place ces mesures puisque d'autres ministères les ont déjà mis en œuvre. Cependant la ministre peut se targuer d'un budget deux fois plus important (125 millions) que celui du quatrième plan (66 millions d'euros).

Ce programme prévoit l'augmentation du nombre de places dans les hébergements d'urgence. En effet le numéro 3919, qui oriente les femmes victimes de violences reçoit en moyenne 50.000 appels par an. Puis pendant les deux dernières années, plus 1.500 places d'hébergement pour les femmes ont été crées, soit près de 95% de l'objectif à atteindre en 2017.

Mais le gouvernement souhaite également inciter les femmes à porter plainte plus massivement. Le plan évoque ainsi: "les difficultés des femmes à porter plainte contre les violences qu'elles subissent, liées à un phénomène d'emprise, de culpabilité, ou bien encore par peur de représailles". Le Haut Conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes affirme que suelement une femme sur huit victimes de viol ose passer la porte d'un commissariat.

Mais hormis la gent féminine, l'État souhaite défendre les autres victimes des violences conjuguales: les enfants. Ce nouveau programme explique que près de 140.000 enfants vivent dans un foyer où la mère se dit victime de violences. Afin de mettre un terme à ce problème plusieurs expérimentations seront menées, dont une en Seine-Saint-Denis en région parisienne, en 2017, avec des "espaces de rencontre protégés" qui accueillera les pères violents et leurs enfants.

Ce plan sera présentéd'ici la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes qui aura lieu le vendredi 25.

 

Ce plan interministériel sera présenté, mercredi 23, en Conseil des ministres par Laurence Rossignol ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes.


Commentaires

-