Volkswagen teste des gaz d'échappements sur des singes, les défenseurs des animaux en colère

Nouveau scandale

Volkswagen teste des gaz d'échappements sur des singes, les défenseurs des animaux en colère

Publié le :

Lundi 29 Janvier 2018 - 12:00

Mise à jour :

Lundi 29 Janvier 2018 - 12:11
Mis en cause pour avoir procédé à des tests sur des singes, le groupe automobile allemand Volkswagen a présenté ses excuses estimant que "cette méthode scientifique était une erreur". Sans grande surprise, les associations de protection des animaux sont montées au créneau sur les réseaux sociaux, faisant part de leur indignation.
© FADEL SENNA / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nouveau scandale après celui du "Dieselgate". Selon une information rapportée jeudi 23 par le New York Times, un laboratoire américain, fondé par plusieurs groupes automobiles dont Volkswagen, aurait testé en 2014 les effets du gaz d'échappement d'un moteur diesel sur plusieurs singes. Accroupis dans des chambres hermétiques, ils "regardaient des dessins animés pour se distraire pendant qu'ils respiraient les vapeurs d'une Volkswagen Coccinelle". A l'époque, le but était de prouver que ce nouveau modèle polluait beaucoup moins que le précédent.

Suite à ces accusations, le groupe automobile Volkswagen a réagi, présentant ses excuses au public."Nous estimons que cette méthode scientifique était une erreur et nous présentons nos excuses pour celle-ci", a-t-il été déclaré dans un communiqué cité par Bloomberg. De son côté, Daimler, l'un des autres co-fondateurs du groupe à l'origine de ces tests, a annoncé avoir lancé une enquête interne sur cette affaire. BMW a assuré de son côté ne pas avoir pris part à cette étude.

Sans grande surprise, les défenseurs de la cause animale se sont rapidement insurgés sur les réseaux sociaux. Dans un tweet, la SPA a estimé qu'il s'agissait d'une pratique "honteuse et répugnante" tandis que la fondation 30 Millions d'amis a dénoncé le "scandale de trop pour Volkswagen en dépit de (ses) excuses". L'association L214, elle, a fait part de son indignation en se demandant si "ce monde" était "sérieux". Quant à One Voice, elle a fait savoir que les excuses du groupe n'allaient pas suffire: "Nous leur écrivons ainsi qu'à tous les constructeurs automobiles afin qu'ils s'engagent à ne plus avoir recours à l'expérimentation animale".

Lire aussi - Volkswagen veut bloquer une expertise sur le Dieselgate 

Et les défenseurs des animaux ne sont les seuls à avoir élevé la voix dans le cadre de cette affaire. L'eurodéputée EE-LV Karima Delli a elle aussi pointé du doigt les agissements du groupe automobile: "après le mensonge et le trucage, maintenant c'est la violence sur les animaux! Le 1er constructeur mondial sans foi ni loi!", a-t-elle écrit sur Twitter.

Cette histoire est survenue un an avant l'éclatement du scandale des moteurs truqués. Pour rappel, après avoir été sous le feu des critiques, le groupe avait avoué en septembre 2015 avoir trafiqué un logiciel installé sur 11 millions de véhicules dans le monde pour sous-évaluer leur réel degré de pollution lors d'éventuels contrôles. 

Volkswagen s’est excusé pour avoir forcé des singes à respirer des gaz d’échappement.


Commentaires

-