Yvelines: des policiers accusés de recel et de blanchiment en garde à vue

Yvelines: des policiers accusés de recel et de blanchiment en garde à vue

Publié le :

Mardi 05 Décembre 2017 - 11:18

Mise à jour :

Mardi 05 Décembre 2017 - 11:24
© Geoffroy Van der Hasselt / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Depuis lundi, six policiers des Yvelines sont en garde à vue à l'IGPN. Les gardiens de la paix sont entendus dans une affaire de recel et de blanchiment.

Depuis lundi 4 au matin, six policiers exerçant leurs fonctions dans les Yvelines sont entendus par l'IGPN (l'Inspection générale de la police nationale), la "police des polices" dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en début d'année par le parquet de Versailles.

Ils ont été interpellés dans le cadre d'une affaire de blanchiment et de recel. Les six gardiens de la paix sont suspectés d'escroquerie à la taxe fiscale avec l'achat de voitures à l'étranger et leur revente en France selon Le Parisien.

Parmi eux, un policier en disponibilité qui a monté un garage qui servait de base à ce trafic lucratif. Toujours selon le quotidien, l'homme est en liaison avec Claude Khayat.

A voir aussi: Travail dissimulé et prêts frauduleux: une escroquerie à 20 millions d'euros démantelée

Ce Français a été impliqué dans la mort d'une jeune femme en Israel en 2011. Alors qu'il était au volant d'une voiture, il avait percuté une femme et pris la fuite pour se réfugier en France. Ce "simple" accident de la route s'était transformé en affaire d'Etat et fait polémique.

Il s'est avéré que Claude Khayat, et son complice qui avait pris la fuite avec lui lors de l'accident, étaient "spécialisés" dans l'escroquerie. Le premier a d'ailleurs à nouveau fait face à la police en juin dernier pour... travail dissimulé et fraude à la TVA.

Avec quatre complices, ils étaient soupçonnés de vendre et de louer des voitures mais aussi d'employer des chauffeurs VTC avec leur entreprise clandestine. Depuis septembre 2016, cette petite affaire leur aurait rapporté un million d'euros.

Les six policiers ont été interpellés lundi et entendu par l'IGPN dans une affaire de blanchiment et de recel.


Commentaires

-