Zoophilie: il viole une jument et explique au juge qu'elle était consentante

Perversion

Zoophilie: il viole une jument et explique au juge qu'elle était consentante

Publié le :

Vendredi 20 Juillet 2018 - 17:34

Mise à jour :

Vendredi 20 Juillet 2018 - 18:03
Un Australien de 31 ans a été condamné pour avoir imposé à une pouliche des actes sexuels contre-nature, filmés par des images de vidéo-surveillance. L'homme, en formation dans l'écurie, assure que l'animal avait donné son consentement explicite.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Son explication à la barre semble à peine croyable. C'est pourtant bien de faits gravissimes de zoophilie que devait répondre Raymond Webb-Jackson. Cet Australien de 31 ans est en effet accusé, comme le rapporte la presse anglo-saxonne mercredi 18, d'avoir imposé des relations sexuelles à une pouliche, une jument qui n'a pas encore atteint l'âge adulte.

Les faits se sont déroulés dans une écurie de Nouvelle-Galles du Sud, dans le sud-est du pays. Le trentenaire y suivait une formation.

Le propriétaire de l'écurie s'est rendu compte en 24h que sa jeune jument a changé de caractère devenant soudainement très agressive. Pour essayer de comprendre ce qu'il a pu se passer, il décide d'installer des caméras de surveillance. Un soir il constate alors l'horrible réalité, celle de son employé en train d'imposer un acte contre-nature à l'animal. La police vient alors arrêter le pervers.

Voir aussi: Pédophilie, zoophilie et violence extrême: dans l'enfer de Facebook

Mais face à la cour, le trentenaire n'a pas la même interprétation. Oui, il reconnaît les actes sexuels sur l'animal mais assure... avoir obtenu son consentement. Il explique que la jument lui avait donné des signaux de son désir de copuler en lui sentant son entrejambe et en lui faisant un clin d'œil.

Raymond Webb-Jakson, a finalement été condamné pour ces déviances zoophiles –deux actes ont été retenus– à une peine de 10 mois de prison ainsi qu'à 700 dollars australiens soit environ 440 euros.

Lire aussi: 

Un violeur zoophile jugé pour avoir imposé des relations sexuelles à un bœuf

Corse: zoophile et pédophile, le grand-père se "réjouissait" de la naissance à venir de son petit-fils

Le pervers a expliqué que le cheval était consentant.

Commentaires

-