Alcool: une campagne de pub pour le vin fait bondir les autorités de santé

Alcool: une campagne de pub pour le vin fait bondir les autorités de santé

Publié le 09/12/2015 à 11:59 - Mise à jour à 12:07
©Jeff Kubina/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quelques jours après l'assouplissement de la loi Evin, une campagne de publicité ventant les bienfaits d'une consommation quotidienne de vin a été lancée. De quoi faire bondir la Haute Autorité de Santé (HAS).

Les autorités sanitaires haussent le ton. Alors que la filière viticole a profité de l'assouplissement de la loi Evin pour lancer une campagne sur les bienfaits du vin, La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de tirer la sonnette d'alarme. Pour l'organisme, cette campagne publicitaire lancée par "Vin et Société" (une association représentant les producteurs et négociants viticoles, NDLR) "détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l'alcool", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Avec pour slogan "Aimer le vin, c'est aussi avoir un grain de raison" et "Le vin. Je l'aime, je le respecte", la campagne dit s'appuyer sur les recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS) 2011-2015, soit une consommation maximale de 2 verres par jour pour les femmes (hors grossesse) et de 3 verres par jour pour les hommes. En parallèle, l'association promeut également une consommation limitée à 4 verres "en une seule occasion" et l'abstinence "un jour par semaine" tout en précisant que ces conseils figurent dans un rapport de la HAS de 2014. Or, cette affirmation semble être quelque peu éloigné de la réalité.

Il n'en fallait pas plus pour faire bondir l'autorité de santé qui a tenu à remettre les choses au clair. Bien qu'elle ait avoué avoir bien "publié en 2014 un outil de repérage des consommations à risque pour l'alcool (…)" pour les professionnels de santé, elle a précisé que "les seuils mentionnés sont ceux qui nécessitent de déclencher une intervention médicale" et qu'il ne s'agit en "aucune façon de dire qu'en dessous de ces seuils, la consommation serait normale, recommandée ou exempte de risque".

Sur son site internet, "Vin et Société" a expliqué le pourquoi de cette campagne. "Pour 76% des Français, le vin est synonyme de bien vivre ensemble. S'il est incontestablement l'un des piliers de notre patrimoine culturel, le vin n'est pas un produit comme un autre car il contient de l'alcool", a écrit l'association avant d'ajouter: "pour Vin & Société, il est donc nécessaire d'associer découverte du vin et information sur le +mode de consommation+".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


La Haute Autorité de Santé s'est insurgé contre une campagne publicitaire pour le vin.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-