Alcoolisme: le baclofène provoquerait des apnées du sommeil

Alcoolisme: le baclofène provoquerait des apnées du sommeil

Publié le :

Vendredi 03 Juin 2016 - 15:13

Mise à jour :

Vendredi 03 Juin 2016 - 16:13
©Serge Pouzet/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Selon une étude française, le baclofène, médicament utilisé pour traiter l'alcoolisme, causerait une apnée du sommeil chez certains patients. Les cas étudiés ont montré jusqu'à 100 interruptions respiratoires et 40 micro-éveils par heure.

Depuis mars 2014, le baclofène -à la base décontractant musculaire- peut être prescrit dans le traitement de l'alcoolisme. Mais des études se poursuivent sur ses effets. L'une d'elles, réalisée en France et publiée dans la revue Chest Journal, suppose que le médicament provoque des apnées du sommeil.

"En perturbant fortement la qualité du sommeil, cette maladie finit par épuiser les patients et générer de nombreux symptômes: endormissement soudain en pleine journée, irritabilité, dépression, troubles de mémoire et de concentration, baisse de libido", précise l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche), associée à l'étude.

Pour arriver à cette conclusion les chercheurs français ont suivi quatre personnes qui traitaient leur addiction à l'alcool par des prises de baclofène de 190 mg par jour. Tous les quatre se sont plaint de "suffocation nocturne, ronflements, somnolence diurne", autant de symptômes qui suggèrent une apnée du sommeil.

Le diagnostique a été confirmé en étudiant les variables physiologiques (rythmes cardiaque et respiratoire, activité musculaire et cérébrale) des quatre patients pendant leur sommeil:"Ces quatre hommes souffraient bien sans conteste d'une apnée sévère du sommeil, avec jusqu'à 100 interruptions respiratoires et 40 micro-éveils par heure!", a commenté Fréderic Gagnadoux, professeur de pneumologie au CHU d'Angers et co-auteur de l'étude.

Certes, les résultats d'une étude menée sur seulement quatre cobayes peuvent paraître limités. Mais les médecins avancent également d'autres arguments. D'une part ils ont vérifié qu'aucun des patients ne souffrait d'une des nombreuses pathologies qui peuvent causer une apnée du sommeil. Mais surtout, l'un des patients a arrêté de prendre du bacoflène, jugeant le traitement inefficace et "son apnée du sommeil a complètement disparu" précise le Pr Gagnadoux.

Des études complémentaires devront être menées pour comprendre le lien entre baclofène et apnée du sommeil, ainsi que pour définir l'ampleur du phénomène. Une première théorie veut que le médicament renforce l'action d'un neurotransmetteur qui perturberait ainsi le système nerveux et la respiration nocturne.

Les auteurs de l'étude rappellent également qu'un patient chez qui le baclofène est efficace contre la dépendance à l'alcool ne doit surtout pas l'arrêter, même en cas d'apnée du sommeil. En revanche il doit être traité pour son apnée. L'objectif de l'étude est surtout d'accroître la vigilance des médecins.

Le 14 mars 2014, le baclofène avait pu bénéficier d'une recommandation temporaire d'utilisation (RTU) de la part des autorités sanitaires. Son usage contre l'alcoolo-dépendance était autorisé mais les essais cliniques sur ses effets secondaires néanmoins encouragés.

 

L'apnée du sommeil induite par le baclofène "finit par épuiser les patients et générer de nombreux symptômes", précise l'étude.


Commentaires

-