Arrêts maladie: les médecins généralistes dénoncent la multiplication et l'absurdité des contrôles

Arrêts maladie: les médecins généralistes dénoncent la multiplication et l'absurdité des contrôles

Publié le :

Vendredi 21 Juillet 2017 - 20:09

Mise à jour :

Mardi 25 Juillet 2017 - 11:28
©Valinco/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le syndicat de médecins généralistes MG France a dénoncé ce vendredi une politique du chiffre contraignante de l'Assurance maladie dans le contrôle des arrêts de travail, politique qui doit permettre 100 millions d'euros d'économies en 2018. Le syndicat menace de renvoyer chaque patient concerné vers un médecin-conseil.

"Guerre injuste", "absurdité des procédures": dans un communiqué publié ce vendredi 21, le syndicat de médecins généralistes MG France s'attaque à la politique de l'Assurance maladie concernant les arrêts de travail. Ceux-ci sont en effet en augmentation depuis plusieurs années, et la "Sécu" en a fait l'un de ses chantiers dans la réduction des dépenses en augmentant notamment les contrôles.

Une situation que dénonce le syndicat selon qui ces contrôles "ne s’intéressent ni aux motifs ni même au fait que ces arrêts sont parfois déjà validés par le médecin-conseil (mandaté par l'Assurance maladie ou une mutuelle pour avis sur l'arrêt de travail, NDLR) pour les arrêts de longue durée".

Toujours selon ce communiqué, l'Assurance maladie serait dans une politique du chiffre qui non-seulement ne tient pas compte de la réalité des pathologies mais qui en plus pourrait nuire à la prise en charge des patients par des médecins inquiets d'être sanctionnés: "Seul le nombre total de jours d’arrêt prescrits par le médecin intéresse l’assurance maladie, dès lors qu’il déroge à des moyennes statistiques. (...)MG France souligne l’absurdité de procédures qui pourraient inciter les médecins concernés à renvoyer vers leurs confrères des patients atteints de pathologies lourdes pour alléger leurs statistiques", peut-on notamment lire.

Et le syndicat de demander aux pouvoirs publics de délivrer les généralistes de "cette pression injuste"  en mettant fin à cette politique ou en confiant cette tâche  aux médecins-conseil. "En l'absence de décision formelle, MG France proposera aux médecins de se protéger en demandant systématiquement au médecin-conseil d’examiner chaque patient dès lors que la durée d'un arrêt excède une semaine" prévient le syndicat.

Confrontée depuis trois ans à l'augmentation coûteuse des arrêts de travail, l'Assurance maladie vise 100 millions d'euros d'économies sur ce poste en 2018. Grâce à des contrôles renforcés, mais aussi en essayant de favoriser le retour au travail des assurés les plus en difficulté.

En 2015, 7,9 millions d’arrêts ont été remboursés dont 6,9 millions au titre de la maladie, "pour un montant total de près de 9 milliards d’euros", écrit l'Assurance maladie dans son rapport annuel Charges et produits dévoilé début juillet.

En 2015, 7,9 millions d’arrêts ont été remboursés dont 6,9 millions au titre de la maladie.


Commentaires

-