AVC: le stress au travail augmenterait les risques

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

AVC: le stress au travail augmenterait les risques

Publié le 16/10/2015 à 18:09 - Mise à jour à 18:20
©Your Stress Coach/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Selon une étude chinoise publiée mercredi 14, les personnes dont le travail est source de stress aurait au moins 22% de risques supplémentaires de faire un accident vasculaire cérébral (AVC). Cela en raison des mauvais comportements que génère un travail stressant.

On s'en doutait, le stress n'est pas bon pour la santé et le travail peut-être un facteur de stress. Mais une équipe de chercheurs chinois de l'université de Guangzhou ont mis un nom sur ce risque, celui de l'accident vasculaire cérébrale (AVC), et ont également chiffré ce danger.

Selon leur étude publiée dans le magazine Neurology mercredi 14, les hommes ayant un travail stressant courent 22% de risques supplémentaires de faire un AVC. Et les inégalités entre les sexes perdurent puisque pour les femmes ce risque monte jusqu'à 33%.

Les chercheurs ont établi quatre catégories d'emplois. Les "passifs" (concierge, salarié manuel), les emplois "à faibles contraintes" (architecte, par exemple), les "actifs" (médecins, enseignants, chercheurs) et enfin les postes "exposés au stress" (serveurs, infirmiers).

Aucun lien particulier n'a été constaté entre les trois premières catégories et les risques d'AVC. En revanche, l'accroissement des risques à 22% a été enregistré pour les emplois "exposés au stress". Les chercheurs ont pour cela décortiqué les résultats de six études précédentes portant sur près de 140.000 patients.

Ce ne serait pas simplement le sentiment de stress qui influerait sur la santé, mais la mauvaise hygiène de vie qui en découle comme le tabagisme, le manque d'activité physique ou les mauvaises habitudes alimentaires. Autant de facteur de risques face à l'AVC.

A noter que ce risque concerne un seul type d'accident vasculaire cérébral: l'AVS ischémique issu d'un manque d'oxygénation du cerveau. Dans ce cas, le risque augmente de 58%. En revanche, l'étude ne note pas de risques accrus d'AVC hémorragique (éclatement d'un vaisseau cérébral).

L'équipe scientifique insiste donc sur "l'importance vitale pour les personnes ayant des professions très stressantes d'aborder les questions de style de vie". Ce qui pourrait passer par la relaxation, l'aménagement des horaires ou le télétravail.

Le lien entre travail et AVC avait déjà été fait en août dernier par une étude britannique, cette fois en raison du temps de travail. Selon cette étude, une augmentation des risques est détectable dès 41 heures hebdomadaires.

En France, les accidents vasculaires cérébraux sont la troisième cause de décès après les cancers et les maladies cardiovasculaires (dont les affections des artères coronaires). En 2010, quelque 130.000 Français ont été touchés, ce qui représente un AVC toute les quatre minutes.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les femmes seraient plus concernées que les hommes avec 33% de risques supplémentaires.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-