AVC: repérer et traiter les signes permettrait d'en éviter la moitié

AVC: repérer et traiter les signes permettrait d'en éviter la moitié

Publié le :

Samedi 23 Avril 2016 - 12:07

Mise à jour :

Samedi 23 Avril 2016 - 12:11
©Allan Ajifo/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un quart des accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont précédés de symptômes qui avertissent de ce risque. Selon une étude internationale publiée jeudi, traiter rapidement les personne concernées permettraient de réduire de moitié le risque qu'elles fassent un AVC.

Traiter le mal avant qu'il ne  frappe. L'idée est simple mais serait loin d'être suffisamment appliquée aux AVC selon une étude internationale publiée jeudi 21 dans le New England Journal of Medicine. Selon ces recherches coordonnées par un Français -le Pr Amarenco, chef de service à l'hôpital Bichat (XVIIIe arrondissement de Paris),- la prise en charge rapide des personnes présentant des signes annonciateurs d'un accident vasculaire cérébral permettrait de réduire de moitié la survenue d'un AVC.

Ces signes sont appelés "accident ischémique transitoire" (AIT) et apparaissent avant un AVC dans un quart des cas. Ils sont les mêmes que ceux d'un AVC mais ne durent qu'un moment. Il peut s'agir de la faiblesse, de l'insensibilité, voire de la paralysie d'un membre ou du visage, de difficultés d'élocution, de la perte partielle ou totale de la vue ou encore d'un trouble de l'équilibre.

Des symptômes préoccupants mais qui ne dure au maximum que quelques minutes et n'inquiètent donc pas outre mesure les malades. Pourtant, avant 2003  et la création d'un centre "SOS AIT" à l'hôpital Bichat, 12% à 20% des personnes touchées faisaient ensuite un AVC dans les trois semaines.

" Jusqu’alors, quand les patients faisaient un AIT, ils étaient envoyés aux urgences de l’hôpital, mais comme leurs symptômes avaient disparu, ils étaient renvoyés chez eux, puis adressés à leur médecin traitant. Les examens prescrits étaient réalisés dans les 15 jours suivants. Entretemps, bien des patients faisaient un AVC", explique au Monde le Pr Amarenco.

Entre 20% et 25% des patients se présentant à ce centre spécialisé dans les AIT sont immédiatement hospitalisés. Les autres sont renvoyés chez eux avec un traitement préventif. Des données qui témoignent de l'utilité de ces traitements qui permettraient selon l'étude de réduire de 80% les risques d'AVC ultérieur.

Mais à ces chiffres impressionnants s'oppose celui du nombre de ces centres. Il n'en existe que deux en France (Paris et Toulouse) quand 200 ont été créés au Royaume-Uni depuis 2008. Le but de cet étude est donc également d'alerter sur la nécessité de créer de telles structures.

En France, les accidents vasculaires cérébraux sont la troisième cause de décès après les cancers et les maladies cardiovasculaires (dont les affections des artères coronaires). De nombreuses personnes en sortent également handicapées. En 2010, quelque 130.000 Français ont été touchés, ce qui représente un AVC toute les quatre minutes. Une journée de mondiale de la prévention des accidents vasculaires cérébraux aura par ailleurs lieu jeudi 29.

 

Parmi les personnes faisant des accident ischémique transitoire, 12% à 20% font un AVC dans les trois semaines.


Commentaires

-