Bientôt un patch pour venir à bout de l'obésité?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Bientôt un patch pour venir à bout de l'obésité?

Publié le 18/09/2017 à 15:43 - Mise à jour à 15:53
©JS Evrard/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des chercheurs de l'Université de Columbia (Etats-Unis) ont mis au point un patch qui aurait le pouvoir de brûler les graisses. Testé avec succès sur des souris, il transformerait la graisse blanche (qui stocke l'énergie) en graisse brune (qui la brûle).

Les régimes sont souvent privilégiés pour lutter contre les problèmes de poids. Mais une nouvelle option pourrait prochainement être présentée aux personnes souffrant d'obésité ou de surpoids. En effet, des chercheurs de l'Université de Columbia (Etats-Unis) ont mis au point un patch qui aurait le pouvoir de brûler les graisses.

D'après les conclusions de leur étude, dont les résultats ont été publiés vendredi 15 dans la revue médicale ACS Nano, ce patch est muni de plusieurs dizaines de micro-seringues qui permettraient de délivrer le médicament sous forme de nanoparticules. Le traitement serait ainsi capable de transformer la graisse blanche (qui stocke l'énergie) en graisse brune (qui la brûle).

Pour le moment, cette nouvelle technologie n'a pas encore été testée sur les humains mais a d'ores et déjà fait ses preuves sur les souris. Ainsi, pendant quatre semaines, des rongeurs obèses ont porté deux patchs de chaque côté de leur abdomen, l'un avec un antidiabétique et l'autre avec un placebo. Et les résultats ont parlé d'eux-mêmes: les bourrelets ont diminué de 20% sur la zone où le patch contenant l'antidiabétique avait été appliqué. En parallèle, une diminution du taux de glucose a également été relevée.

"Ce patch est une méthode non invasive qui pourrait réduire les poches de graisse par rapport à la liposuccion. Il ne devrait pas seulement être utilisé de façon esthétique, mais serait une alternative plus sûre au traitement des maladies métaboliques telles que l'obésité et le diabète. La prochaine étape serait d'essayer les patchs sur les humains et de vérifier leur efficacité et leur efficacité dans les essais cliniques", a expliqué Zhen Gu, professeur agrégé d’ingénierie biomédicale.

Pour rappel, en France, sept millions d'adultes sont obèses et environ un tiers en surpoids. Chez les enfants, ils sont respectivement 8% et 20% à connaître ces problèmes qui favorisent de nombreuses maladies (diabète, cancers, maladies cardiovasculaires...).

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Pour le moment, cette nouvelle technologie n'a pas encore été testée sur les humains.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-