Brésil: les hommes massacrent les singes qu'ils estiment responsable de la fièvre jaune

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Brésil: les hommes massacrent les singes qu'ils estiment responsable de la fièvre jaune

Publié le 12/02/2018 à 12:30 - Mise à jour à 12:51
© FADEL SENNA / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Au Brésil, les autorités sanitaires s'alarment des massacres de singes perpétrés par des habitants estimant que le primate transmet la fièvre jaune. Or, l'animal n'est en rien responsable et constitue même une barrière naturelle pour l'homme.

Les autorités sanitaires de l'Etat de de Rio de Janeiro au Brésil trent la sonnette d'alarme: elles s'inquiètent en effet de la recrudescence de massacres de singes par des habitants. Ces derniers estiment en effet que le primate serait l'un des vecteurs de la fièvre jaune, une affection virale potentiellement mortelle et pour laquelle il n'existe (hormis un vaccin) aucun traitement réellement efficace. Or, assurent les scientifiques, le singe n'y est pour rien, seul le moustique transmet la maladie.

Pourtant, depuis le début de l'année 2018, les équipes scientifiques ont déjà dénombré pas moins de 238 singes retrouvés morts dont les deux tiers portaient des traces de coups de bâton ou d'empoisonnement montrant qu'ils avaient été massacrés par des êtres humains. Une pratique hélas courante dans la région mais qui atteint des proportions considérables dans un contexte d'épidémie de fièvre jaune qui a tué 25 personnes depuis le 1er janvier dans l'Etat de Rio.

Lire aussi: Un cas mortel de fièvre jaune recensé en Guyane, une première depuis 1998

Pour les singes, c'est même la double peine puisque non seulement ils ne sont pas vecteurs de la maladie, mais ils peuvent de plus, eux aussi, être atteints par la  fièvre jaune. Ils sont même à leurs corps défendant une protection pour les êtres humains car les primates représentent la première cible des moustiques, directement en contact avec eux, ce qui constitue de fait une barrière pour les hommes.

Les autorités ont mis en place un numéro spécial à destination des habitants qui découvriraient le cadavre d'un singe mort sur la voie publique, afin d'assurer la prise en charge de la dépouille par les services sanitaires.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les singes sont massacrés par les hommes, un carnage inutile sur le plan sanitaire.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-