Ces maires qui refusent la réouverture des écoles

Ces maires qui refusent la réouverture des écoles

Publié le 10/05/2020 à 08:47 - Mise à jour le 11/05/2020 à 08:20
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
Toutes les écoles de France ne rouvriront pas le 11 mai. Certains maires prennent des arrêtés de non-réouverture estimant que les conditions ne sont pas réunies. 
 
Ils sont 316 maires d’Ile-de-France, dont la première magistrate de Paris, à avoir signé une lettre destinée à Emmanuel Macron. Leur demande : le report de la rentrée scolaire dans les écoles maternelles et primaires, prévue le 11 mai, ou plutôt à partir du 12 si l’on prend en compte la pré-rentrée. 
 
La responsabilité des maires
 
« Ce calendrier est, dans la plupart de nos communes, intenable et irréaliste », souligne notamment l’association des maires de cette région. La lettre évoque par exemple le protocole sanitaire d’une soixantaine de pages envoyé à tous les établissements scolaires, mais aussi le manque d’équipements de protection, les difficultés dans le choix des enfants à accueillir, des incertitudes sur la présence des enseignants et des autres personnels. 
 
Dénonçant un « calendrier à marche forcée », ces maires demandent également à l’État de ne pas faire reposer sur eux « la responsabilité juridique, politique et morale de la réouverture des écoles ». Ce sont effectivement les communes qui ont en charge les établissements scolaires. Et certaines ont déjà pris des décisions allant à l’encontre du plan de déconfinement tel qu’annoncé par Edouard Philippe. 
 
Principe de précaution
 
Ainsi à Saran, dans le Loiret, la maire a pris un arrêté de non-réouverture des quatre groupes scolaires (1400 élèves), arguant qu’il est « hors de question de faire prendre des risques aux enseignants, aux enfants, aux parents ou au personnel municipal », que le respect des gestes barrière et de la distanciation physique est un « leurre », en particulier pour les plus jeunes. 
 
Dans des villes plus importantes, Montpellier par exemple, la réouverture des 126 écoles se fera au cas par cas, a annoncé le maire Philippe Saurel. « Je ferai en sorte que dès qu’il y a un doute, l’école reste fermée. Un doute en termes de proximité avec un cluster, un doute avec la présence du personnel, un doute parce que l’architecture interne de l’école ne supportera par la distanciation ». 
 
C’est toute la difficulté, il y a autant de situations que d’écoles en France, et nombre de maires n’ont de fait pas encore pris de décision définitive. 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Certains maires font appliquer le principe de précaution

Fil d'actualités Politique