Chauve après un cancer du sein, une Niçoise trouve une alternative aux perruques (VIDEO)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Chauve après un cancer du sein, une Niçoise trouve une alternative aux perruques (VIDEO)

Publié le 06/03/2017 à 12:06 - Mise à jour à 12:21
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Atteinte d'un cancer du sein à 27 ans, une Niçoise a trouvé la force de combattre la maladie. Prénommée Julie, la jeune femme a trouvé une alternative aux perruques et a réussi à mener à bien son projet grâce au financement participatif.

C'est une bien jolie histoire. Atteinte d'un cancer du sein à l'âge de 27 ans, Julie a trouvé la force de combattre la maladie grâce à son projet. Devenue chauve après ses nombreuses séances de chimiothérapie, cette Niçoise a trouvé une alternative aux perruques. Pendant cette douloureuse période, elle a imaginé les Franjynes, des franges qui agrémentent les foulards, chapeaux et bonnets. Un accessoire beauté permettant de masquer la perte de cheveux tout en gardant sa féminité.

"Quand je suis tombée malade, je me suis immédiatement demandée à quoi j'allais ressembler avec tous ces traitements. Je ne sais pas pourquoi mais c'est une des premières questions que je me suis posée", a déclaré la jeune femme, citée par Le Figaro. Et d'ajouter: "j'avais les cheveux longs, je suis coquette et je ne trouvais pas d'accessoires pour me couvrir la tête. Les perruques sont difficiles à supporter et les turbans ne laissent pas de doutes sur la maladie. Je me suis mise à agrémenter les foulards de quelques mèches de cheveux. Et là, le regard des gens a changé. Plus personne ne se doutait alors que j'étais malade".

Retrouvant le moral, la jeune femme a alors décidé de créer un blog où elle recense, depuis, ses astuces avec les autres personnes atteintes d'un cancer. Et décide en 2016, alors qu'elle se trouve en rémission, de commercialiser ses créations. Mais pour atteindre son objectif, Julie a besoin de 35.000 euros. Seulement voilà: les banques ont toujours refusé de lui accorder un prêt. "Pendant 10 ans après la maladie, les banques refuseront de me prêter de l'argent. En fait, ce sont les assurances qui ne me couvrent pas. Sur cette période, je ne pourrai donc pas acheter de voiture, d'appartement ou monter mon projet d'entreprise, même si je suis en rémission", a-t-elle indiqué.

Mais pour rappel, la loi a évolué depuis février dernier: le "droit à l’oubli" est entré en vigueur mardi 14 février, avec la publication du décret au Journal officiel. Il permet aux personnes ayant été atteintes de cancers et de l’hépatite C de ne plus le mentionner lors d’une demande d’assurance emprunteur.

Déterminée à aller jusqu'au bout de son idée, elle s'est alors tournée vers Ulule, un site de financement participatif, où elle a lancé une opération de crowfunding. Rapidement et pour son plus grand plaisir, son objectif a été atteint. Elle proposera donc ses créations à la vente en avril prochain.

(Voir ci-dessous la vidéo de son projet): 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Julie proposera ses créations à la vente en avril prochain.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-