Chikungunya: 7 morts et près de 38.000 cas en Polynésie française

Epidémie ravageuse

Chikungunya: 7 morts et près de 38.000 cas en Polynésie française

Publié le :

Samedi 13 Décembre 2014 - 13:15

Mise à jour :

Samedi 13 Décembre 2014 - 17:07
Une impressionnante épidémie de chikungunya fait des ravages en Polynésie Française et a déjà provoqué sept morts en deux mois.
©Jean-Raphaël Guillaumin/Flickr
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

L'épidémie prend une dimension alarmante. "Au total, sept décès directement liés à une infection par le virus du chikungunya ont été identifiés" en Polynésie française, selon le dernier bulletin publié vendredi 12 par le Bureau de veille sanitaire.

Dans le détail, sur la petite île du Pacifique Sud, quatre hommes, deux femmes de plus de 75 ans et un nouveau-né sont morts suite à une infection par le virus depuis le début de l'épidémie il y a deux mois. Près de 38.000 cas ont également été déclarés, selon les estimations réalisées à partir du réseau sentinelle élargi.

Le précédent bilan du Bureau de veille sanitaire, arrêté au 27 novembre, faisait déjà état de quatre décès et de 18.000 cas d'infection. En un peu plus de 15 jours, la contagion a donc connu une progression fulgurante, tuant trois nouvelles personnes et touchant près de 20.000 personnes supplémentaires.

A ce stade, l'épidémie aurait ainsi touché près de 15% de la population du petit archipel de la Polynésie Française, qui compte environ 270.000 habitants.

Le pic de contagion semble toutefois avoir été atteint à Tahiti, l'île la plus peuplée, où le nombre de nouveaux cas n'augmente plus. Mais de nombreuses nouvelles contagions continuent à être détectées sur les autres îles.

Au total, 470 personnes ont dû être hospitalisées depuis le début de cette épidémie, dont 5% pour des formes sévères, 45% pour des complications ou des formes inhabituelles, 25% pour des femmes enceintes placées sous surveillance.

Transmis par le moustique-tigre, très répandu dans l'archipel polynésien, le chikungunya provoque de fortes fièvres et des douleurs articulaires. Si la plupart des patients se rétablissent en quelques jours, il est toutefois très dangereux pour les personnes âgées ou affaiblies, ainsi que pour les nouveaux-nés dont la mère aurait été infectée avant leur naissance.

Il peut également provoquer un syndrome de Guillain-Barré, une maladie du système nerveux qui provoque une paralysie. Trois des sept décès annoncés seraient dus à ce cas.

 

Près de 500 personnes ont été hospitalisées depuis le début de l'épidémie, il y a deux mois.

Commentaires

-