Cigarette électronique: 5 associations exigent le retour de la publicité

En colère

Cigarette électronique: 5 associations exigent le retour de la publicité

Publié le :

Dimanche 24 Juillet 2016 - 16:17

Mise à jour :

Dimanche 24 Juillet 2016 - 16:18
Cinq associations, qui luttent en faveur de la e-cigarette, viennent de saisir le Conseil d’Etat. Elles souhaitent faire annuler l’interdiction de publicité qui s’applique à la cigarette électronique depuis l’ordonnance du 20 mai 2016.
©Alcalay Sarah/Sipa

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
-A +A

annoncé, jeudi 21, avoir engagé un recours auprès du Conseil d’Etat afin de rétablir la publicité en faveur des produits de vapotage. Pour rappel, une ordonnance du 20 mai, parue au Journal Officiel, s’était montrée claire sur le sujet: "la propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac, des produits du tabac, ainsi que toute distribution gratuite ou vente d’un produit du tabac à un prix inférieur à celui qui a été homologué sont interdits". Concrètement, toute communication sur la cigarette électronique, considérés comme l’un des produits du tabac, est désormais interdite sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 euros.

C’est dans un communiqué que les associations (Sovape, SOS addictions, Fédération addiction, Respadd et Tabac et liberté) ont montré leur mécontentement. "Dans sa volonté de réglementer le vapotage et d’appliquer la directive européenne sur les produits du tabac, le gouvernement a pris des dispositions qui menacent la liberté d’expression des vapoteurs et des associations de réduction des risques", ont-elles écrit précisant que "la liberté d’expression ne peut être limitée que pour des raisons sanitaires, or aucune preuve de nocivité n’est aujourd’hui avérée". Pour elles, cette décision, prise par le gouvernement "ne permet pas d’ouvrir un débat salutaire sur  la santé publique et sur les nouvelles opportunités de réduction des risques".

En mai dernier, des associations, industriels, médecins, producteurs, consommateurs et représentants de l'Etat avaient appelé les autorités sanitaires françaises à recommander le vapotage dans la lutte contre le tabagisme. Lors du sommet français sur la cigarette électronique, le premier du genre, les professionnels du secteur avaient conjointement reconnu que "les émissions de la vape ont une composition au minimum 20 fois moins toxique que la fumée de tabac"  et que des normes existent pour assurer de la qualité des produits. Selon eux, la cigarette électronique permet en outre d'arrêter ou de réduire la consommation de tabac, notamment grâce à des arômes et des doses de nicotine adaptés à chacun.

La e-cigarette, mélange de nicotine et de propylène glycol a été conçue au début des années 2000 par un pharmacien chinois nommé Hon Link. Le premier brevet a été déposé en 2005 et le succès ne s'est pas fait attendre. En 2015, les ventes étaient estimées à 3,2 milliards de dollars dans le monde. L'année précédente, 26% de la population française avait déjà expérimenté la cigarette électronique, révèle Le Monde d'après qui ce produit est principalement fumé au quotidien par les 25-34 ans (9% d'usagers réguliers). 

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
Depuis le 20 mai 2016, la publicité pour la cigarette électronique est interdite en France.

Commentaires

-