Grippe 2020, moins de morts cette année

Grippe 2020, moins de morts cette année

Publié le 03/03/2020 à 17:09 - Mise à jour à 17:10
© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Le pic de l'épidémie de grippe saisonnière est derrière nous. Cette année, le virus semble bien moins virulent. Le point sur des chiffres pas toujours simples à cerner.

Alors que le coronavirus gagne la France, les autorités sanitaires peuvent désormais l’affirmer : le pic de l’épidémie de grippe est désormais en phase décroissante. Le virus devrait cependant encore circuler pendant quelques semaines. Et c’est notamment l’un des points de vigilance extrême des autorités sanitaires qui veulent éviter que le coronavirus ne se répande trop vite alors que de nombreuses personnes sont affaiblies par la grippe.

Il est trop tôt pour dresser un bilan de l’épidémie de grippe 2020. Mais, selon les chiffres de Santé Publique France arrêtés au 28 février dernier, 55 personnes sont mortes de la grippe depuis le 4 novembre 2019.
Ces cas de mortalité par le virus de la grippe au sens stricte ne touche pas, contrairement aux idées reçues, que les personnes âgées : 9 enfants de moins de 15 ans, 24 personnes âgées entre 15 et 64 ans et 22 autres, âgées de 65 ans et plus, ont été tuées par le virus de la grippe depuis novembre. Selon Santé Publique France, 530 cas graves ont été signalés et admis en réanimation. L’âge moyen de ces personnes est de 52 ans et, dans 70% des cas, les personnes présentaient des facteurs de risque (elles étaient âgées de plus de 65 ans ou atteintes de maladies chroniques). Plus de la moitié de ces personnes n’étaient pas vaccinées contre la grippe.

A titre de comparaison, l’année dernière, sur la même période, l’InVS faisait état de 1181 cas graves et de 117 morts par la grippe.

A lire aussi : Grippe 2020 : peut-on encore se faire vacciner et comment s'en protéger ?

 

Le virus de la grippe moins virulent qu'en 2018-2019

Le virus de la grippe semble donc particulièrement peu virulent cette année. Cela s’explique en partie par le profil des virus qui circulent. Ainsi, près de la moitié des prélèvements analysés et positifs contenaient un virus de type B, lorsque, l’année dernière, la quasi-totalité des virus étaient de type A qui engendre une plus grande mortalité.

Ces chiffres ne concernent que les cas de décès directement liés à la grippe. Mais le bilan que les autorités de santé communiqueront au printemps, lorsque l’épidémie sera véritablement terminée, sera bien plus élevé car il concernera le nombre de personnes décédées de la grippe ou de complications liées à celle-ci. Pour la saison 2018-2019, ce chiffre s’élevait à 8.100 personnes.
 
La grippe saisonnière affecte, chaque année, entre 2 et 6 millions de Français. Elle tue entre 0,2% et 0,5% des personnes qu’elle infecte chaque année. Même s’il est encore difficile de connaître ce taux de létalité pour le coronavirus, du fait du temps d’incubation et du nombre de cas asymptomatiques et donc non recensés vraisemblablement très importants, on estime pour l’heure que 2 à 3% des personnes infectées par le Covid-19 risquent d’en décéder. Des chiffres, encore une fois, à prendre avec des pincettes.

A lire aussi :

Grippe : combien de morts en France en 2019 ?

Coronavirus: on entre dans la science-fiction

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le taux de vaccination contre la grippe a faiblement augmenté en 2019-2020

Fil d'actualités Société