Congrès des gynécologues: les femmes comparées à des juments (photo)

Congrès des gynécologues: les femmes comparées à des juments (photo)

Publié le :

Mardi 11 Décembre 2018 - 12:02

Mise à jour :

Mardi 11 Décembre 2018 - 12:10
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Lors du congrès national des gynécologues obstétriciens qui s'est déroulé vendredi, une diapositive jugée sexiste a été présentée lors d'un exposé. Celle-ci comparait les femmes à des juments et a été reprise sur les réseaux sociaux, provoquant un tollé. Le président du collège des gynécologues Israël Nisand a dû présenter des excuses.

La polémique a enflé sur les réseaux sociaux à tel point que le président du collège des gynécologues, Israël Nisand, a dû présenter ses excuses. Vendredi 7 se tenait le congrès national de la profession. Un "jeune agrégé" a été invité à faire un exposé devant ses pairs.

Et c'est justement l'une des diapositives de sa présentation qui a créé le scandale. Dans celle-ci les femmes étaient comparées à des juments. Des associations féministes, comme Osez le féminisme, ont alors crié au sexisme.

"Les femmes, c'est comme les juments, celles qui ont de grosses hanches ne sont pas les plus agréables à monter, mais c'est celles qui mettent bas le plus facilement", était-il écrit.

A voir aussi: Violences obstétricales - des faits loin d'être "isolés"

La phrase est en fait issue d'un livre intitulé Le Seigneur de Châlus, écrit par Yves Aubard, qui se déroule au Moyen Age.

Le président du CNGOF, Israël Nisand, a présenté ses excuses samedi 8 et indiqué que le "jeune agrégé" à l'origine de cette présentation voulait informer son auditoire sur "les recommandations pratiques pour la protection du périnée au cours de l'accouchement".

Israël Nisand a lui-même jugé cette diapositive "totalement inappropriée". "Pour le jeune agrégé, il s'agissait de montrer comment on s'occupait des femmes au Moyen Age et combien cela a changé aujourd'hui. C'était à tout le moins maladroit. Il a tout de suite compris qu'il avait fait une grosse bêtise et il en est très malheureux", s'est-il justifié.

A lire aussi:

Parole libérée ou "gynéco-bashing"? Débat brûlant autour des "violences obstétricales"

Mise en garde des gynécologues contre une "épidémie de césariennes"

Porno extrême, zoophilie et torture sur des femmes: le gynécologue avoue

Une polémique a éclaté lors du congrés annuel des gynécologues après la diffusion d'une diapositive comparant les femmes à des juments.


Commentaires

-