Contraception: les Françaises sont mal informées sur la pilule du lendemain

Contraception: les Françaises sont mal informées sur la pilule du lendemain

Publié le :

Vendredi 17 Avril 2015 - 13:15

Mise à jour :

Samedi 18 Avril 2015 - 12:37
©Durand Florence/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Malgré ses années d'existence, la contraception d'urgence plus connue sous les termes "pilule du lendemain" reste encore méconnue d'une majorité de Françaises. Une nouvelle substance plus efficace est désormais vendue sans ordonnance.

Une nouvelle contraception d'urgence est désormais disponible en France sans ordonnance. Une nouveauté qui intervient alors qu'un sondage publié vendredi 17 révèle la méconnaissance des femmes sur le fonctionnement de la fameuse "pilule du lendemain".

A l'heure actuelle, deux pilules existent en France: le levonorgestrel (Norlevo du laboratoire HRA Pharma et génériques) et l'acétate d'ulipristal (EllaOne, également produit par le laboratoire HRA pharma).

Si la première est en vente libre dans les pharmacies depuis son autorisation en France en 1999, la seconde, commercialisée depuis 2009, était jusqu'à présent uniquement disponible sur ordonnance. Suite à une décision de la Commission européenne cette dernière est désormais accessible sans ordonnance en pharmacie.

L'EllaOne est en effet plus efficace. Elle est censée diviser par six le risque de tomber enceinte lors qu'elle est prise dans les 24 heures, trois fois plus que la pilule Norlevo.  Elle peut également être efficace jusqu'à cinq jours après le rapport sexuel au lieu de trois.

Bien qu'elle existe depuis de nombreuses années, la pilule du lendemain reste encore méconnue d'une majorité de Françaises. C'est la conclusion d'un sondage publié ce vendredi par Harris Interactive. Selon les résultats de l'étude, 94% des femmes interrogées ont entendu parler de la contraception d'urgence, mais 65% estiment être globalement mal informées.

Si la plupart d'entre elles savent qu'elle a pour but de prévenir la survenue d'une grossesse non prévue après un rapport sexuel non ou mal protégé, son mode d'action est ignoré par 78% des personnes interrogées, son efficacité par 74% et les délais dans lesquels le contraceptif doit être pris par 73%.

Alors qu'en réalité, la pilule du lendemain bloque ou retarde l'ovulation, la majorité des femmes pensent qu'elle empêche l'implantation de l'œuf fécondé dans l'utérus ou bien qu'elle équivaut à une interruption de grossesse. Concernant sa prise, là aussi les Françaises manquent d'informations. Ainsi, 21% d'entre elles pensent à tort qu'il faut obligatoirement la prendre le lendemain du rapport sexuel –alors qu'il est fortement recommandé de la prendre le plus rapidement possible après le rapport à risque.

> Le sondage Harris Interactive a été réalisé en ligne du 18 au 23 mars dernier auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population féminine française âgée de 15 à 50 ans selon la méthode des quotas.

 

Au total, 65% des femmes interrogées estiment être globalement mal informées sur la pilule du lendemain.

Commentaires

-