Coronavirus : les jeunes ciblés par les mesures et par les discours

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Coronavirus : les jeunes ciblés par les mesures et par les discours

Publié le 28/09/2020 à 16:34
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
La fermeture anticipée des bars dans onze métropoles (et onze villes étudiantes), les soirées étudiantes purement et simplement interdites dans certaines d’entre elles… Certaines mesures contre la propagation du coronavirus visent bel et bien les jeunes. 
 
Le 13 septembre, dans un communiqué de presse, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation s’inquiétait déjà de l’identification d’une dizaine de clusters dans les établissements du supérieur et assénait : 
 
« Les dernières données montrent que la multiplication de nouvelles contaminations est majoritairement liée à des rassemblements privés (soirées étudiantes, privatisation de bars…) associés à un relâchement des consignes sanitaires, notamment des gestes barrière »
 
Les jeunes accusés de faire la bringue et de passer outre les précautions malgré le contexte sanitaire, au risque de transmettre le Sars-Cov-2 à leurs aînés ? C’est effectivement une petite musique du moment, d’autant plus avec des événements marquants comme la fermeture de Sciences Po Paris pour 15 jours après « un nombre significatif de cas positifs ».
 
Des données en défaveur des jeunes
 
Certes, selon le dernier rapport de Santé Publique France, publié le 24 septembre, les gestes barrières passent un peu à la trappe : seuls 40% des 18-24 ans accepteraient de saluer sans serrer la main ou sans embrassades, et 39% de garder une distance d’au moins un mètre avec les autres. 
 
Mais ce même rapport hebdomadaire dévoile une autre donnée : sur les 899 clusters en cours au 21 septembre, 32% sont situés en « milieu scolaire et universitaire » et 9% sont issus de rassemblements temporaires, événements privés ou publics. 
 
Les 15-44 ans restent la tranche d’âge au taux d’incidence le plus élevé (163 pour 100000) en semaine 38 (entre le 14 et le 20 septembre) et Santé Publique France relève une augmentation de 20% de ce taux chez les 15-19 ans par rapport à la semaine précédente. 
 
La question serait de savoir si les contaminations se font au sein des campus ou en dehors. Il est impossible d’y répondre, mais des milliers d’étudiants dénoncent les conditions sanitaires dans leur université, notamment via le hashtag #balancetafac, photos et vidéos à l’appui : amphi pleins à craquer, couloirs bondées, salles non aérées…
 
 
Une rentrée universitaire chaotique
 
Une situation ainsi résumée par Mélanie Luce, présidente du syndicat étudiant UNEF :
 
« La circulaire du ministère dit que respecter la distanciation sociale, c’est possible. Je pense qu’il faut aller dans un amphi de droit de première année pour comprendre que c’est impossible si on ne met pas les moyens »
 
Certaines universités, comme Bordeaux Montaigne ou Toulouse 1, ont fait le choix de n’accueillir qu’un tiers des étudiants en présentiel. D’autres, à l’image de La Sorbonne à Paris ou de l’université de Caen, ont préféré à l'inverse accueillir un maximum d’étudiants, masqués bien évidemment.
 
De fait, les situations varient largement d’une université à l’autre, avec deux priorités qui semblent s’opposer.
 
D’un côté :
 
« L’absence de présence physique, d’espace de socialisation et l’isolement contribuent au décrochage »
De l’autre :
 
« Nous sommes bien conscients que le virus va être, de toute façon, présent sur le campus, mais il ne faut pas non plus lui ouvrir en grand la porte »
 
Y’a-t-il une réponse idéale ? Certainement non. Mais laissons le dernier mot à l’acteur Vincent Lindon, invité du 20 heures de France 2 dimanche, qui a rappelé fort à propos que les années étudiantes, c’est aussi vivre, rigoler, aller dans les bars.
 
« Il faut essayer de trouver un moyen de les faire espérer »
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Certaines universités limitent le nombre d'étudiants accueillis, d'autres non

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-