Covid: des influenceurs payés pour des partenariats avec le gouvernement?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 20 juin 2022 - 17:29
Image
Des influenceurs payés par l'État ?
Crédits
Tolga Akmen / AFP
L'État aurait proposé près de 50 000 euros à certains influenceurs pour la promotion des consignes sanitaires.
Tolga Akmen / AFP

Respect des gestes barrières, confinements, promotion du vaccin… À de nombreuses reprises tout au long de la crise sanitaire, l’exécutif a multiplié les opérations de communication pour sensibiliser la population — surtout la jeunesse — aux consignes sanitaires. L’une des méthodes les plus efficaces : contacter les stars des réseaux sociaux.

"Restez chez vous"

Depuis plusieurs années déjà, le milieu de l’influence gagne du terrain. Grâce à YouTube, Instagram ou TikTok, les influenceurs produisent leur contenu avec des conseils beauté, des vlogs, ou encore de l'expertise photo… Conseils que les start-ups leur achètent au prix fort.

Mais au temps des confinements, certains inconnus du public ont émergé, notamment grâce à la plateforme chinoise TikTok. Et pour cause ! De nombreux Français se sont créés un compte pour se divertir lorsque les consignes sanitaires exigeaient de rester à la maison. La demande augmentant, l'offre d'influence est devenue pléthorique : "Restez chez vous", se sont-ils mis à déclarer en nombre, face caméra et le sourire aux lèvres.

Lire aussi : L'influenceur PA7 a détourné des millions d'euros "d'aides covid" pour vivre à Dubaï

Vendredi 17 juin, noous apprenions sur le live d'un influenceur nommé "RebeuDeter", l'immixtion de l’État sur les réseaux sociaux, avec sa campagne de restrictions sanitaires.

Le streamer "Billy", par exemple, s’est fait connaître en 2017 grâce à sa chaîne Twitch, dans laquelle il fait des lives en jouant à de multiples jeux vidéos. Il révèle avoir été sollicité par l'exécutif pour mettre en avant les décisions gouvernementales auprès de la jeunesse : "J’ai été approché il y a deux ans par le gouvernement de Macron pour faire des opé pour le gouvernement, etc. Chose que j’ai bien sûr immédiatement refusé", explique-t-il.

Selon lui, les "opé" consistaient à raconter que l’État veut écouter et aider les jeunes en ces temps difficiles. Le jeune homme raconte que l’exécutif lui a proposé des sommes exorbitantes : "Et si en plus de ça, je me dis : on me propose 50 000 balles pour dire que l’État est à l’écoute des jeunes, qu’ils sont là pour les aider, etc. Alors que c’est faux".

L'envers du décor est d'autant plus inquiétant que durant cette période, le moral de nombreux adolescents et de jeunes adultes a été fortement affecté en raison desdites restrictions sanitaires.

Voir aussi: Santé mentale et crise sanitaire : l’inquiétante augmentation des états dépressifs 

Capter l'attention de la jeunesse, l'objectif du gouvernement 

Ce n’est pas la première fois que l’État se tourne vers des influenceurs pour capter l’attention de l'un de ses publics fétiches : les jeunes. Début 2021, Emmanuel Macron avait mis au défi McFly et Carlito, deux des Youtubeurs les plus célèbres — surtout chez les jeunes, de faire plus de dix millions de vue avec une vidéo promouvant les gestes barrières. Objectif largement atteint par les deux jeunes papas en février 2021, qui ont ainsi gagné un "concours d'anecdotes" avec le président.

Depuis, d'autres influenceurs ont tenté de divertir leur public avec des vlogs (un blog en vidéo, dans laquelle on commente sa journée), tout en faisant la promotion des confinements : "Restez chez vous", répétaient-ils alors à leurs abonnés.

Voir aussi: Macron, les jeunes et les influenceurs : la communication touche le fond

#VaccinezVous, quand les influenceurs se chargent de la campagne vaccinale

C'est essentiellement après l’allocution du 12 juillet que les stars d'ici et là ont enchaîné les prises de position sur les réseaux sociaux. Certains s’affichent contre la vaccination à marche forcée : Julien Bert et Hilona Gos, par exemple, se sont déclarés opposés à "l’obligation vaccinale déguisée", tout comme Kim Glow et Mickael Vendetta.

De l’autre côté, il y a ceux qui incitent les internautes à se rendre dans les centres de vaccination contre le Covid. "Parce qu’on a tous envie de protéger les gens qu’on aime", déclaraient en cœur les Marseillais, dans un clip diffusé sur W9. Le 20 juillet 2021, la chaîne publiait une vidéo dans laquelle quelques candidats de téléréalité s’adressaient aux Français pour qu’ils aillent se faire vacciner. Ils jouaient la carte de la "santé retrouvée" grâce aux vaccins, dès les dix premières secondes. Ensuite, ils martelaient "vaccinez-vous" pour celles et ceux qui veulent "s’ambiancer, voyager". L'argument de la vie quasi-normale prenait finalement le dessus sur les autres : "La seule solution, c’est de se faire vacciner".

Pendant tout ce temps, les hashtags #vaccinated et #Pfizer pullulent sur Twitter. Si bien que le public s'est rapidement interrogé quant à cette promotion agressive en faveur de la vaccination, se demandant si les influenceurs étaient payés pour tenir ces propos.

Ainsi, le streamer "RebeuDeter" a ouvert une brèche vis-à-vis de l'intervention gouvernementale au sujet des consignes sanitaires. Si les dépenses "influence" n'avoisinent probablement pas celles pour les conseils de McKinsey, une seule proposition à 50 000 € traduit tout de même un certain penchant pour les stratégies de communication.

À LIRE AUSSI

Image
McKinsey & Les Copains
McKinsey & les Copains: le pillage organisé de l’État
TRIBUNE - Le 20 mars 2022, l’association BonSens.org et Le Collectif des syndicats et associations professionnels européens (CSAPE) avec pour avocat Me Martine Baheux ...
07 avril 2022 - 13:47
Opinions
Image
Comment les conspirationnistes du Covid 19 contournent la censure sur Youtube
Combien peut gagner un influenceur sur Instagram, YouTube ou TikTok ?
En raison de leur fort impact sur le comportement et la consommation des utilisateurs, les réseaux sociaux sont devenus les principaux canaux d’influence et de publici...
29 septembre 2021 - 18:52
Culture
Image
Des coordonnées de mineurs accessibles en ligne: Instagram visé par une enquête
Les réseaux sociaux veulent plus de transparence sur les collaborations publicitaires
Le 13 septembre, l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) a publié un rapport sur le marketing d’influence, c'est-à-dire, la publicité diffusée ...
17 septembre 2021 - 11:16
Culture
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don