Définition de la PMA: qu'est-ce que la Procréation médicalement assistée

Définition de la PMA: qu'est-ce que la Procréation médicalement assistée

Publié le :

Mardi 25 Septembre 2018 - 12:59

Mise à jour :

Mardi 25 Septembre 2018 - 13:09
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le Comité consultatif national d'éthique a rendu un avis favorable à l'extension aux femmes seules et aux couples de lesbiennes de la Procréation médicalement assistée (PMA). Celle-ci est déjà légale pour certains couples, contrairement à la GPA, avec laquelle il ne faut pas la confondre, et qui reste interdite.

Ce mardi 25, le Comité consultatif national d'éthique s'est prononcé en faveur de l'ouverture de la PMA –la Procréation médicalement assistée– pour les couples de femmes et les femmes seules. C'est maintenant le législateur qui va devoir décider des évolutions législatives, conformément d'ailleurs aux engagements d'Emmanuel Macron lors de la campagne électorale (voir ici).

La PMA regroupe un ensemble de techniques médicales –dont la plus connue est la fécondation in vitro– permettant de pallier à une infertilité (ou, dans l'absolu, une situation personnelle ne permettant pas d'avoir un enfant naturellement), en manipulant médicalement des spermatozoïdes et des ovules.

La législation française autorise déjà la PMA (qu'elle appelle d'ailleurs AMP pour "aide médicale à la procréation") mais uniquement pour les couples hétérosexuels, mariés ou vivant ensemble depuis au moins deux ans (et pouvant le prouver), et toujours en âge de procréer. L'assurance maladie ne prend plus en charge les tentatives de PMA chez les femmes de plus de 43 ans.

Voir aussi: Il faut élargir la PMA pour répondre à une "souffrance", juge le Comité d'éthique

Le débat à venir sur l'évolution législative concerne donc la possibilité de faire tomber deux limites à ce que la loi autorise jusque-là pour les femmes: l'obligation d'être en couple et celle d'être hétérosexuelle.

Il ne faut pas confondre la PMA avec la GPA, la gestation pour autrui, qui elle consiste à recourir à une mère porteuse qui recevra l'embryon créé médicalement au préalable par un spermatozoïde et un ovule (qui n'est pas celui de la mère porteuse). La GPA pourrait permettre à des couples d'hommes homosexuels, mais aussi à des couples hétérosexuels où la femme ne peut pas mener de grossesse à son terme, de pouvoir avoir un enfant. La GPA reste interdite en France et quasiment aucune personnalité politique ne s'est prononcée en sa faveur. Dans son rapport, le Comité consultatif national d'éthique a réaffirmé sa ferme opposition.

Lire aussi:

PMA, GPA, euthanasie... Le Comité d'éthique rend un avis très attendu

PMA "pour toutes": l'Eglise se positionne au nom de "l'intérêt de l'enfant"

La Procréation médicalement assistée est en partie légale en France.


Commentaires

-