Déodorants et sels d'aluminium: un risque de cancer du sein dans 80% des produits

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Déodorants et sels d'aluminium: un risque de cancer du sein dans 80% des produits

Publié le 26/09/2016 à 13:22 - Mise à jour à 13:31
©Flickr/Creative Commons
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Une étude suisse révélée ce lundi affirme que les sels d'aluminium présents dans 80% des déodorants favoriserait le cancer du sein. Une étude qui va dans le sens de plusieurs autres préconisant de limiter la concentration de ces substances. Mais la réglementation européenne est plus souple, ce que ne manque pas de rappeler les professionnels du secteur.

Faut-il s'inquiéter au moment de se mettre du déodorant? Oui dans 80% des cas selon une étude suisse portant sur l'impact des sels d'aluminiums contenus dans la majorité de ces produits et révélée ce lundi par Europe 1. Selon ces recherches, ces substances favoriseraient l'apparition du cancer du sein.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs à l'origine de l'étude ont exposé in vitro des cellules mammaires de souris à ces substances. Après plusieurs mois d'exposition, elles ont été réinjectées aux rongeurs. Ceux-ci ont développé par la suite des cancers du sein avec des tumeurs très agressives et des métastases.

Selon le professeur André-Pascal Sappino cité par la radio nationale:  "il est clair que c'est un réquisitoire qui s'alourdit à l'encontre de ces sels. Les expériences in vitro, puis chez l'animal, sont tellement concordantes et sérieuses en termes d'effet que ça nous impose un principe de précaution".

Ce n'est en effet pas la première étude qui met en garde contre l'utilisation des sels d'aluminium dans les déodorants, même si les précédentes datent un peu et manquent de données. Une évaluation de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) datant de 2011 mettait en évidence que "le devenir de l’aluminium après exposition par voie cutanée est très mal connu".

Toutefois l'Agence avait conclu qu'un déodorant contenant 5% d'aluminium (ou 20% de chlorohydrate d’aluminium) conduit à un taux d’absorption cutanée de 0,5 %. Un chiffre qui monte cependant à 18% sur peau lésée.  L'ANSM a donc recommandé que la concentration maximale en aluminium soit restreinte à 0,6 % dans les produits antitranspirants, soulignant qu'une application sur peau lésée présente des risques quel que soit le taux d'aluminium.

Toutefois, cette recommandation ne fait pas office d'obligation en France car en la matière ce sont les règles européennes qui prévalent. Et selon Bruxelles, les données existantes ne permettent pas d'établir un risque.

Une réglementation que ne se prive pas de rappeler les entreprises de cosmétiques. Ainsi les sels d'aluminium ne présenterait  "en aucun cas" un risque pour la santé, peut-on lire sur le site de la marque Dove. "Les sels d’aluminium, qui permettent de contrôler efficacement la transpiration, sont parfaitement inoffensifs", assure de son côté la Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA), principal syndicat des entreprises de cosmétique.

Et si ces sels d'aluminium sont présents dans huit déodorants sur dix, le taux de concentration n'est, lui, jamais indiqué.

 

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les sels d'aluminium, notamment le chlorohydrate d’aluminium, sont présents dans 80% des déodorants, en quantités non précisées.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-