Dès vendredi 27, les fontaines à sodas seront interdites dans les restaurants et les cantines

Bulle crevée

Dès vendredi 27, les fontaines à sodas seront interdites dans les restaurants et les cantines

Publié le :

Jeudi 26 Janvier 2017 - 17:13

Mise à jour :

Jeudi 26 Janvier 2017 - 17:19
Les amateurs de sodas en seront pour leurs frais: dès vendredi les fontaines de boissons sucrées seront bannies des restaurants et des établissements scolaires. Le gouvernement entend lutter contre l'obésité, ces boissons souvent très sucrées favorisant le surpoids.
©Mike Mozart/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les amateurs de boissons gazeuses ou énergisantes, de sodas et autres sirops sucrés espéraient que la loi n’entre jamais en application. Elle le sera pourtant dès ce vendredi 27. A cette date en effet, il sera interdit dans tous les lieux de restauration publique ainsi que dans les établissements scolaires d’utiliser des "fontaines à soda". Autrement dit de mettre à disposition du public une distribution illimitée de ces boissons, soit dans le cadre d’un menu, soit dans le cadre d’un forfait spécifique.

L’Assemblée nationale avait pris la décision il y a deux ans. Le but était en effet de lutter contre l’obésité, la plupart de ces boissons étant en effet fortement caloriques. Les boissons dites "light" (et donc en principe très peu caloriques) sont également concernées, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rappelant d’ailleurs qu’elles ne sont que peu efficaces dans la lutte contre le surpoids.

Cependant, le décret d’application n’avait pas encore été pris. La chose est maintenant faite: signé par les ministres de la Santé, et celui de l’Agriculteur et de la Consommation, il a été publié au Journal officiel et rentrera et rentre donc en vigueur.

Cet arrêté a été pris en accord avec la Loi santé de janvier 2016 qui, entre les dispositions relatives au don d’organes ou au tiers payant, contenait également un volet "nutrition" important. Pour rappel, ce dernier prévoyait un étiquetage des aliments à l’aide d’un code couleur pour que le consommateur ait des repères sur l’apport calorique et la teneur en sucre, en sel et en graisses saturées de ses achats. Cette mesure n’est pour l’instant que facultative.

 

L'interdiction a été prise il y a deux ans par l'Assemblée nationale.

Commentaires

-