Détecter le mélanome grâce à des bananes

Cancer de la peau

Détecter le mélanome grâce à des bananes

Publié le :

Mercredi 10 Février 2016 - 15:16

Dernière mise à jour :

Mercredi 10 Février 2016 - 15:21
Une équipe de scientifique de Lausanne a mis au point un nouveau type de scanner censé détecter l'apparition d'un mélanome. Pour cela, ils ont testé leur appareil sur des bananes, dont la peau comporte des points communs avec celle des humains.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Flickr Creative Commons
-A +A

Quel lien entre les bananes et le cancer de la peau? A priori aucun, mais c'est pourtant grâce à ce fruit qu'a pu être créé un nouveau système de détection et de traitement du mélanome.

Pour comprendre cela, il suffit d'observer une banane un peu trop mûre, et donc couverte de tâches noires. Ces marques sont dues à la présence d'une enzyme: la tyrosinase. Elle se développe à la surface du fruit sous l'effet du Soleil.

Or la peau humaine réagit de la même façon. La tyrosinase est également l'enzyme qui provoque le bronzage. Le mélanome apparait lorsqu'un dysfonctionnement se produit dans la répartition de cet enzyme, d'où la tache que l'on peut constater sombre à la surface de la peau.

La chimiste Tzu-En Lin, de l'université polytechnique fédérale de Lausanne, s'est donc basée sur cette analogie pour développer un nouveau type d'imagerie médicale censée détecter au plus tôt le mélanome. Elle et son équipe ont mené leurs tests d'abord sur des fruits mûrs afin de mesurer la répartition de la tyrosinase. Ce qui a permis de tester la méthode avant les biopsies de peau humaine.  

Selon leurs conclusions, publiées dans la revue allemande Angewandte Chemie (Chimie appliquée), le scanner permet de détecter la concentration de tyrosinase en balayant la surface de la peau. Cet outil doit permettre de dire si un patient est en train de développer un cancer de la peau. Il permettrait ainsi de confirmer la simple observation d'un dermatologue, sans passer par la case biopsie.

Cela pourrait aussi favoriser une détection précoce du mélanome qui entraîne alors un taux de survie à cinq ans de 86% chez les hommes et 92% chez les femmes. A terme, les scientifiques de Lausanne espèrent que leur appareil pourra localiser précisément la tumeur et même la traiter. Les premiers tests en la matière sont, selon eux, encourageants.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

La peau de banane réagit de la même façon au soleil que la peau humaine.