Diabète: un patch pour contrôler le taux de sucre dans le sang sans piqûre

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Diabète: un patch pour contrôler le taux de sucre dans le sang sans piqûre

Publié le 22/02/2016 à 18:51 - Mise à jour à 19:08
©FreeStyle
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le Freestyle Libre, un nouveau dispositif permettant l'auto surveillance de taux de sucre dans le sang sans piqûre vient de recevoir le feu vert des autorités sanitaires pour une utilisation pédiatrique à partir de quatre ans, révèle "Le Parisien". De quoi changer la vie des familles de diabétiques.

Voilà qui pourrait révolutionner le quotidien des enfants diabétiques et de leurs parents. Dans son édition ce dimanche 22 février, Le Parisien fait la lumière sur le Freestyle Libre, un nouveau dispositif d'auto surveillance du taux de sucre dans le sang. Le 4 février, cet outil a reçu l'aval des autorités sanitaires pour une utilisation pédiatrique à partir de quatre ans, révèle le quotidien.

Alors que le suivi classique du diabète sucré requiert des piqures régulières au bout du doigt qui ennuient les ados et font peur aux enfants, ce système, conçu par le laboratoire Abott, consiste en un capteur placé sur la peau, comme un patch, à changer tous les 14 jours et doté d'une minuscule aiguille qui capte un peu de sang juste sous la peau, sans douleur, promet Freestyle Libre. Le résultat s’affiche instantanément sur l’écran et s’enregistre. Le lecteur conserve les données de glucose des 8 dernières heures et affiche une flèche indiquant le sens et l’intensité de l’évolution du taux de glucose, est-il expliqué sur le site internet. Autre aspect pratique du dispositif: l'étanchéité du patch qui permet aux enfants de se baigner ou de faire du sport tout en le conservant. 

Si les capteurs de glucose en continu existaient déjà, "ils fonctionnent avec un alarme", explique au Parisien le docteur Nadia Tubiana-Rufi, diabétologue à l'hôpital Robert-Debré "tandis qu'avec ce dispositif, il faut chercher l'information". Il suffit de glisser un lecteur grand comme un demi-smartphone au-dessus du capteur. Ainsi, même si ce dernier est caché sous une couche de vêtement ou que l'enfant dort, il affiche aussitôt sur l'écran le taux de sucre dans le temps.

Terminés donc, ces moments embarrassants ou l'enfant doit se tester devant toute sa classe ou demander à un membre du personnel du centre de loisir de le piquer pour lui prélever une goutte de sang. Terminés également, les oublis réguliers des ados qui ont "d'autres chats à fouetter que de vivre avec un diabète", selon les terme de Marc de Kerdanet, pédiatre endocrinologue au CHU de Rennes (Ille-et-Vilaine) et président de l'association Aide aux jeunes diabétiques (AJD). "Mais dans la forme insulino-dépendante de la maladie, l'important est d'apprendre l'anticipation pour la gérer. On peut imaginer que l'outil permette progressivement au jeune de réfléchir, par exemple le matin, à la vue des pics d'hypoglycémie enregistrés dans la nuit, à ce qu'il pourrait changer le soir suivant pour les éviter. Et puis, si l'on a des parents moins inquiets avec ce nouveau type d'auto surveillance, on aura aussi des enfants sur lesquels cela pèse moins", explique-t-il au Parisien.

Reste toutefois aux laboratoires Abott de convaincre les autorités que ce dispositif est bien "révolutionnaire" pour les familles de diabétiques et mérite d'être pris en charge par la Sécurité sociale. Disponibles via Internet (www.freestylelibre.fr) le lecteur et capteur, à changer deux fois par mois, coûtent pour l'heure 59 euros chacun. Un véritable investissement. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Avec Freestyle Libre, les parents peuvent vérifier la glycémie de leur enfant même quand il dort.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-