Didier Raoult : un recours devant le Conseil d’Etat contre le refus d’autoriser l’hydroxychloroquine

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Didier Raoult : un recours devant le Conseil d’Etat contre le refus d’autoriser l’hydroxychloroquine

Publié le 30/10/2020 à 08:06 - Mise à jour à 08:07
FranceSoir
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Le Professeur Raoult mandate l’avocat di Vizio pour déposer un recours au Conseil d’Etat et une plainte au pénal après le refus de l’Agence du médicament d’autoriser plus largement l’hydroxychloroquine

Didier Raoult et l’IHU vont contester le refus de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) d’autoriser l’usage de l’hydroxychloroquine contre la Covid-19.  Mandaté par l’IHU, l’avocat Di Vizio a envoyé une requête en annulation ce jeudi au Conseil d’Etat conformément à la possibilité donnée par une telle décision.  En sus une plainte contre l’agence et son directeur Dominique Martin pour mise en danger de la vie d’autrui sera déposée vendredi.

Depuis le début de la pandémie, le professeur Raoult a soigné plus de 4000 patients avec la bithérapie hydroxychloroquine + azithromycine complétée de zinc.  De plus il a été promoteur de l’approche Identifier, Tester, Isoler, Traiter qui a valu à l’IHU d’obtenir le taux de mortalité le plus bas de France. Plusieurs des études promues par l’IHU et ses professeurs n’ont pas reçu le même degré d’attention dans les médias, ou ont reçu des attaques viles de certains confrères car selon eux ces études ne respectaient pas la méthodologie considérée comme la règle d’or en Evidence Based Médecine (Médecine basée sur les preuves).  Le professeur Raoult s’en défend en expliquant que dans le cadre d’une épidémie, il faut traiter tout le monde et il serait immoral de proposer un placebo à un malade.

De plus le professeur Raoult reproche aux autorités sanitaires de ne pas avoir réservé le même traitement à l’hydroxychloroquine qu’au remdesivir de Gilead, allant jusqu’à favoriser ce dernier médicament. 

Dans sa décision de refus de RTU en date du 23 octobre 2020, l’ANSM a indiqué que les données disponibles, ne permettent pas de présager d'un bénéfice de l'hydroxychloroquine, seule ou en association, pour le traitement ou la prévention de la maladie Covid-19.

Le même traitement n’a pas été réservé au remdesivir qui est un produit toxique et inefficace.  De nombreux liens et possibles conflits d’intérêts entre les autorités sanitaires, certains médecins et Gilead, seront au centre des investigations que ne manquera pas de diligenter le juge au pénal.  Rappelons aussi que le Pr Lina a déclaré dans son audition au Sénat que malgré la faiblesse des signaux d’efficacité, le remdesivir a été inclus dans l’étude Discovery afin d’éviter une perte de chance aux patients.

 

Le remdesivir n’a aucun effet significatif

En France, le remdesivir bénéficie d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) de cohorte qui permet à certaines catégories de malades de recevoir des médicaments pas encore mis sur le marché. « A ce jour, le médicament n’a pas prouvé son efficacité sur la mortalité à 14 jours a indiqué la Haute Autorité de la Santé qui avait demandé des données complémentaires sur les études pour donner satisfaction à la demande de remboursement du médicament. Demande qui a depuis été retirée par Gilead.  De plus ce médicament n’a pas prouvé de bénéfices dans l’étude Solidarity ce qui a valu une réponse violente de Gilead. Réponse à laquelle Mme Kieny de l’INSERM a répondu.

Pour se défendre, l'ANSM ne recommande d'ailleurs pas l'utilisation massive du remdesivir, cependant une communication récente du ministère de la Santé ressemblait beaucoup à une « vente avec liquidation des stocks avant fermetures »

La toxicité du remdesivir n’est pas inconnue au milieu médical puisqu’une étude récente effectuée à l’hôpital Bichat sur quatre des cinq malades hospitalisés et traités avec le remdesivir ont eu des effets secondaires entrainant l’arrêt du traitement.

Lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire le 25 juin Karine Lacombe a dit « ne peux pas croire que dans une situation sanitaire aussi exceptionnelle, il y ait eu de la part du Conseil scientifique, de la Haute autorité de santé ou de l'Agence du médicament une volonté de ralentir l'arrivée sur le marché de médicaments, simplement parce qu'il y avait un laboratoire, aussi puissant puisse-t-il être » qui aurait exercé des pressions. Elle est parmi les nombreux médecins à recevoir des faveurs des laboratoires pharmaceutiques (212 000 euros déclarés dans EuroForDocs) et occupe la troisième place dans le top 12 du classement publié en juin 2020.

De son côté, le docteur Yazdanpanah, directeur de Reacting a récemment déclaré à la télévision que le remdesivir ne serait probablement pas efficace.  Et Mme Kieny de l'INSERM dit que c'est un «énorme» gaspillage pour les pays de l'UE d'investir dans le remdesivir sur la base de l'idée que cela pourrait aider un petit sous-ensemble de patients. «Vous pouvez toujours dire: OK, maintenant, si je sépare la population et si je ne prends que ceux qui ont un œil bleu et une jambe en bois, c'est peut-être très efficace », dit-elle.

Rappelons que le remdesivir a obtenu un accord de la FDA (Agence américaine des médicaments) le 22 octobre dernier qui a été fortement contesté par un article dans ScienceMag.

A noter que ce 28 octobre, Gilead avait une plein page de publicité sur l’élimination de l’hépatite C à côté d’un article sur l’invitation de la justice dans la gestion du Covid dans le Parisien.  

 

 

Gilead a aussi fait l’objet d’une enquête approfondie par le site armswatch.com dans le cadre de son médicament le Sovaldi contre l’hépatite C

En Géorgie, il y aurait eu dissimulation de décès dans un projet pharmaceutique de 3,3 milliards de dollars. Des rapports confidentiels révèlent qu'au moins 249 patients inscrits à un programme parrainé par Gilead sont décédés en Géorgie.  Une nouvelle fuite de données révèle que le gouvernement géorgien et le géant américain Gilead n'ont pas enquêté sur au moins 249 décès de patients inscrits dans un projet d'élimination de l'hépatite C de 3,3 milliards de dollarsArms Watch a analysé ces documents qui auraient émané du ministère de la Santé de Géorgie et ont été divulgués de manière anonyme sur Twitter. Un rapport détaillé a déjà été publié sur les projets du gouvernement américain au biolaboratoire du Pentagone à Tbilissi - le Lugar Center.

Dans le rapport actuel, ont été analysé les données sur les cas de décès de brevets inscrits dans le projet d'élimination de l'hépatite C en Géorgie. Il s'agit d'un projet pharmaceutique expérimental parrainé par Gilead en coopération avec les Centers for Disease Control (CDC) des États-Unis et le ministère de la Santé de Géorgie.

Les médias géorgiens et les responsables de la santé ont précédemment nié tout lien possible entre le programme expérimental et ces cas de décès. Cependant, la cause du décès de certains patients a été signalée comme «inconnue» dans les rapports confidentiels de Gilead. D'autres patients inscrits au programme ont arrêté le traitement en raison d'effets indésirables graves. Certains d'entre eux sont morts.

En outre, 181,7 millions de dollars d'antiviraux contre l'hépatite C pour 2 033 patients en Géorgie n'ont pas été utilisés et ont expiré en raison «d'annulations de traitement, de décès de patients ou d'autres raisons», selon ces documents divulgués.

Une correspondance interne entre la Géorgie, Gilead et l'ambassade américaine à Tbilissi révèle que des patients impliqués dans le programme de lutte contre l'hépatite C sont décédés et que le traitement des autres a été annulé.

 

Décès de patients sous traitement contre l'hépatite C aux États-Unis

L'Institute for Safe Medication Practices (ISMP), une organisation de surveillance indépendante basée aux États-Unis entièrement consacrée à la prévention des erreurs de médication, a déjà signalé de graves problèmes de sécurité liés aux mêmes médicaments Gilead Harvoni et Sovaldi que ceux donnés à la Géorgie. Le chien de garde indépendant a fourni l' examen suivant des problèmes d'innocuité des médicaments reflétés dans les événements indésirables signalés à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis:

Réactivation de l'hépatite B. En  octobre 2016, la FDA a identifié le premier nouveau problème majeur de sécurité lié aux neuf nouveaux médicaments antiviraux à action directe contre l'hépatite C. Pour les patients qui avaient actuellement ou précédemment une infection par le virus de l'hépatite B, le les antiviraux peuvent provoquer la réactivation du virus et entraîner de graves problèmes hépatiques ou la mort. Le rapport de la FDA décrit 24 cas de réactivation de l'hépatite B, dont 3 cas d'insuffisance hépatique aiguë entraînant 2 décès et 1 transplantation hépatique. La réactivation de l'hépatite B n'a pas été détectée lors des tests cliniques effectués avant l'approbation car ces patients ont été exclus des études. Ce risque peut potentiellement être géré par des tests virologiques de prétraitement pour l'hépatite B, comme le recommande désormais la FDA.

Lésions hépatiques et insuffisance hépatique.  En cherchant au-delà des cas cités par la FDA ci-dessus pour examiner les 12 mois les plus récents de données jusqu'au T2 2016 dans le système de cing de la FDA (FAERS), nous avons identifié 524 cas signalés d'insuffisance hépatique associés aux médicaments, et 1058 autres rapports de lésions hépatiques graves. qui n’avait apparemment pas évolué vers une insuffisance hépatique. Les 524 cas d'insuffisance hépatique signalés comprenaient tous les antiviraux à action directe approuvés en tant que médicaments suspects primaires ou secondaires (tableau 1), souvent en association les uns avec les autres ou avec la ribavirine. Près de la moitié des cas ont signalé une encéphalopathie, le symptôme caractéristique de l'insuffisance hépatique. Dans l'ensemble, 165 (31,5%) étaient décédés au moment du rapport. Bien que les complications de l’hépatite C plutôt que le médicament suspect aient pu contribuer à certains cas, 90% des rapports ont été soumis par des professionnels de la santé, qui seraient plus susceptibles de comprendre la progression naturelle de la maladie.

Non seulement les responsables locaux de la santé ont proposé au géant pharmaceutique américain Gilead de tester librement son médicament expérimental COVID-19 en Géorgie, mais ils ont également exempté les diplomates américains de l'inspection de quarantaine à leur arrivée dans le pays à la demande de l'ambassade américaine à Tbilissi.

 

Au milieu de la pandémie de COVID-19, l'ambassade américaine à Tbilissi n'a demandé aucune inspection des diplomates américains et de leurs familles, même si la loi stricte sur la quarantaine oblige tous les passagers à leur arrivée dans le pays. En réponse, Tamar Gabunia, premier vice-ministre de la Santé de Géorgie, a informé l'ambassade américaine que le gouvernement avait adopté un amendement spécial accordant une exemption aux diplomates à la demande de l'ambassade américaine.

Il convient de noter à nouveau que, conformément à l'accord américano-géorgien de coopération en matière de défense, le personnel civil américain travaillant au centre de Lugar a également bénéficié de l'immunité diplomatique, bien qu'il ne soit pas diplomate.

Les scientifiques américains travaillant au Lugar Center ne peuvent être tenus de rendre compte de leurs activités en Géorgie puisqu'ils ont un statut diplomatique. Gilead ne peut pas non plus être tenu de rendre des comptes selon le protocole d'accord Gilead-Géorgie de 2015. La société pharmaceutique américaine a utilisé la Géorgie comme banc d'essai de médicaments gratuits pour ses produits, ce qui soulève la question de savoir pourquoi les autorités géorgiennes ont fait passer les intérêts d'un gouvernement étranger et d'une société étrangère avant les intérêts de son propre peuple.

Propos rapporté de l'enquête de Dilyana Gaytandzhieva qui est une journaliste d'investigation bulgare, correspondante au Moyen-Orient et fondatrice d'Arms Watch. Au cours des deux dernières années, elle a publié une série de rapports révélateurs sur les livraisons d'armes aux terroristes en Syrie, en Irak et au Yémen. Son travail actuel se concentre sur la documentation des crimes de guerre et des exportations illicites d'armes vers les zones de guerre du monde entier.

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Didier Raoult : un recours devant le Conseil d’Etat contre le refus d’autoriser l’hydroxychloroquine

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-