Ebola, un an après

Ebola, un an après

Publié le 24/03/2015 à 16:53 - Mise à jour à 18:02
©Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Le lundi 23 mars marquait le triste anniversaire de l'épidémie d'Ebola, ou du moins de sa reconnaissance par l'Organisation mondiale de la santé. Si le virus a reculé, la situation n'est pas encore maîtrisée et certaines organisations sont montrées du doigt.

Cela fait plus d'un un an que l'épidémie d'Ebola frappe l'Afrique de l'Ouest. Le 23 mars 2014, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) notifiait officiellement une "flambée de maladie à virus Ebola en Guinée". Et si le pire semble passé, le virus est encore loin d'être éradiqué.

Au Liberia, l'un des trois pays les plus touchés avec la Sierra Leone et la Guinée, les autorités avaient un temps espéré ne plus être considérées comme une zone d'épidémie. Pour cela il faut qu'aucun nouveau cas ne soit diagnostiqué pendant 42 jours après la dernière infection, selon le protocole de l'OMS. Le décompte avait commencé pour ce pays le 5 mars dernier, mais un nouveau cas avait été diagnostiqué le 20 mars.

Les mouvements de population rendent la maladie difficile à contrôler, surtout en Sierra Leone. A cela s'ajoute la défiance des populations locales à l'encontre de leurs gouvernements, mais aussi des médecins étrangers dont l'arrivée est associée à celle de la maladie. Cela nuit à l'action des organisations humanitaires et à l'efficacité des conseils sanitaire donnés aux populations

A l'occasion de ce sinistre anniversaire, Médecins sans frontières a publié le 23 mars dernier un rapport au titre équivoque: "Au-delà de nos limites". Pour MSF, la pauvreté des pays touchés et les mouvements de population sont une explication "bien trop facile. L’ampleur de cette épidémie est aussi due aux défaillances de nombreuses institutions. Cet échec a eu des conséquences tragiques, qui auraient pu être évitées", explique Christopher Stokes, directeur général de MSF.

Les critiques de l'organisation visent notamment l'OMS, accusée d'avoir tardé à réagir. Les premiers cas avaient en effet été identifiés en décembre 2013, l'épidémie reconnue en mars 2014 et déclarée "urgence de santé publique de portée mondiale" en août.

"A ce moment-là, plus d'un millier de personnes étaient déjà mortes. Qu'est-ce qui a finalement déclenché ce passage à un mode de réponse d'urgence?", s'interroge le rapport de MSF. Une accusation qui trouve une réponse après que des messages internes à l'OMS aient été révélés par l'Associated Press. On peut y lire que déclencher l'état d'urgence trop tôt aurait pu "fâcher les pays africains concernés, mettre à mal leurs économies ou encore interférer avec le pèlerinage à La Mecque".

Ebola aurait, depuis un an, touché 24.842 personnes et fait 10.299 victimes. 

 

 

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Virus Ebola aurait fait plus de 10.000 morts depuis le début de l'épidémie.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-