Ebola: une molécule géante permettrait de bloquer le virus

Ebola: une molécule géante permettrait de bloquer le virus

Publié le :

Mercredi 11 Novembre 2015 - 10:48

Mise à jour :

Mercredi 11 Novembre 2015 - 10:55
©Laurent Gilliron/AP/SIPA
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des chercheurs européens ont réussi à créer une "molécule géante" potentiellement capable d'empêcher l'intrusion du virus Ebola dans les cellules du corps humain. Reste encore à tester ce procédé in vivo.

Pourrait-on enfin venir à bout d'Ebola? Selon un article paru lundi 9 dans la revue Nature Chemistry, une équipe européenne a découvert un procédé permettant de produire facilement une "molécule géante" potentiellement capable de bloquer le virus Ebola. Depuis la fin 2013 ce dernier a fait plus 11.000 morts en Afrique de l'Ouest pour environ 27.500 personnes contaminées en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée-Conakry.

A l'instar d'autres virus comme celui du sida ou de la dengue, Ebola utilise un récepteur présent sur la surface des cellules du corps humain pour s'y coller et ensuite y pénétrer. C'est pourquoi des chimistes français, espagnols et belges se sont mis en tête de créer une molécule inoffensive munie de "bras tentaculaires" et ramifiés capable de se coller fortement sur la cellule pour empêcher l'intrusion du virus.

Se tournant vers des molécules complexes, ils ont réussi à créer des molécules globulaires géantes en formes de ballons portant 120 sucres à leur périphérie. Ils ont ensuite testé in vitro la capacité de ces méga-molécules à inhiber l'entrée du virus Ebola dans les cellules du corps humain, bloquant ainsi l'infection. Conclusion: les nombreux bras portant les sucres des molécules se lient au récepteur utilisé comme porte d'entrée par le virus, empêchant comme voulu l'infection. Non toxiques, ces méga-molécules sont même 33% plus efficaces que des antiviraux classiques.

S'il est désormais possible de produire facilement ce type de molécule complexe, reste désormais à les tester in vitro. Par ailleurs, avant le développement d'un traitement contre Ebola, le sida ou la dengue, il reste encore beaucoup à faire, concluent les auteurs de l'étude. 

 

Depuis la fin 2013, Ebola a fait plus 11.000 morts en Afrique de l'Ouest.

Commentaires

-