Excision: lancement d'une campagne nationale de prévention à destination des adolescentes (VIDEO)

Excision: lancement d'une campagne nationale de prévention à destination des adolescentes (VIDEO)

Publié le :

Vendredi 03 Mars 2017 - 18:03

Mise à jour :

Vendredi 03 Mars 2017 - 18:20
©Capture d'écran/YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors qu'"Alerte Excision", une grande campagne nationale est lancée ce vendredi sur les risques de l'excision, des lycéennes de Seine-Saint-Denis ont créé un blog pour alerter sur ce sujet tabou.

Tabou, l'excision est une mutilation encore pratiquée au nom de la tradition. Aujourd'hui, 60.000 femmes vivant en France ont subi cette mutilation d'une partie des organes génitaux qui tire son origine d'Afrique subsaharienne, d'Egypte, ou encore d'Indonésie.

Dans une volonté de prévention sur les risques de l'excision, des élèves en seconde au lycée Jacques-Feyder à Epinay-sur-Seine (Seine-saint-Denis) on monté un blog "Parlons excision". Un moyen adapté à une nouvelle génération. "Déjà, le blog permet de dire que ça existe, ce que c'est, d'où ça vient et pourquoi il faut prévenir les jeunes que ça perdure", expliquent de leur voix enthousiaste Alice et Sokona, deux de ses créatrices de 15 ans.

Leur initiative est à l'honneur ce vendredi 3 lors du lancement d'Alerte Excision, une grande campagne nationale de prévention à destination des 12-18 ans. Elle rappelle que, parmi les adolescentes vivant en France et dont les parents sont issus de pays pratiquant cette mutilation, 3 sur 10 sont menacées d'excision. Ces dernières ne sont pas pratiquées sur le sol français mais lors de "vacances" dans le pays d'origine.

Alice, jeune fille d'origine congolaise explique: "On se dit que, peut-être demain ou dans un an, une personne de notre entourage ou de notre classe sera victime de ça. Ça motive pour agir. A titre personnel, je n'ai aucun risque, mais ça ne m'empêche pas de me sentir concernée. Ça peut toucher des filles de mon âge, ça touche à l'intime, ça émeut".  Sokona, l'acolyte d'Alice s'est aussi lancée dans cette prévention pourtant elle précise: "Je n'en ai jamais parlé dans ma famille".

A travers leur initiative, les deux adolescentes souhaitent rendre la discussion sur ce sujet plus facile avec les filles de leurs âges qui partagent selon leurs dires: "le même langage et la même facçon de penser".

(Voir ci-dessous la vidéo de la campagne d'"Alerte Excision")

Aujourd'hui, 60 000 femmes vivant en France ont subi cette mutilation d'une partie des organes génitaux qui tire son origine d'Afrique subsaharienne, d'Egypte, ou encore d'Indonésie.

Commentaires

-