Fertilité: les crèmes solaires perturberaient les spermatozoïdes

Fertilité: les crèmes solaires perturberaient les spermatozoïdes

Publié le :

Mercredi 20 Avril 2016 - 15:20

Mise à jour :

Mercredi 20 Avril 2016 - 15:40
Une étude danoise suggère que près de la moitié des crèmes solaires autorisées en Europe nuiraient à la fertilité masculine. Elles contiendraient des perturbateurs endocriniens qui influeraient sur les spermatozoïdes.
©Isopix/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Se protéger des coups de soleil se ferait-il au prix de la fertilité de ces messieurs? Selon les chercheurs du Département de la croissance et de la reproduction de l’université de Copenhague (Danemark), de nombreuses crèmes solaires vendues en Europe et aux Etats-Unis contiendraient des substances pouvant réduire la fertilité masculine.

La faute à des perturbateurs endocriniens, ces substances suspectées d'influer sur la fertilité aussi bien masculine que féminine, mais dont les effets restent difficiles à définir faute d'études suffisamment vastes sur le sujet. Elles se retrouvent dans de nombreux produits cosmétiques.

L'étude danoise, pas encore publiée mais dévoilée lors du congrès annuel de la Société d’endocrinologie de Boston (Etats-Unis), suppose que les produits présents dans les crèmes auraient les mêmes effets que la progestérone.  Cette hormone féminine -également présente en très faible quantité chez les hommes dans le sang et les testicules- intervient dans le cycle de reproduction, notamment sur le mouvement de la flagelle (queue) des spermatozoïdes, et donc sur leur vitesse de nage.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont recréé en laboratoire les conditions dans lesquelles s'effectue la fécondation de l'ovule, dans les trompes de Fallope. Ils ont déposé dans cet environnement le sperme de donneurs sains pour y observer l'action de 29 des 31 filtres solaires autorisés en Europe et aux Etats-Unis.

Résultats: treize d'entre eux ont influé sur la fonction normale du sperme, dont neuf en imitant l'action de la progestérone. "Cet effet est apparu à de très faibles doses de produits chimiques, en dessous de celles rencontrées chez une personne qui applique un écran solaire sur l’ensemble de son corps", précisent les chercheurs. S'ils concèdent que d'autres essais cliniques devraient être menés afin d'établir avec précision le niveau de toxicité de ces substances, ils appellent les autorités sanitaires à plus de vigilance avant d'autoriser un filtre solaire.

 

Les perturbateurs endocriniens présents dans les crèmes solaires reproduiraient les effets d'une hormone féminine.


Commentaires

-