Télé-ophtalmologie: en finir avec les mois d'attente pour un RDV

Télé-ophtalmologie: en finir avec les mois d'attente pour un RDV

Publié le 14/01/2020 à 11:26 - Mise à jour à 15:54
CommsEditors101 / Pixabay
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Pour 60 % des français qui portent lunettes, il faut patienter en moyenne plus de deux mois pour consulter un ophtalmologue et cela varie selon les régions. Pour les zones les moins équipées, des expérimentations en téléconsultation verront le jour en 2020.

Près d’un ophtalmologiste sur deux n’est pas remplacé lors de son départ à la retraite, et 2500 devraient arrêter leur activité dans les dix prochaines années. Comment feront alors les 60 % des Français qui portent lunettes ou lentilles? 

 

À lire aussi: Lot: des habitants d'un désert médical publient une vidéo irrésistible pour attirer un nouveau médecin (vidéo)

 

Atteindre le zéro délai partout en France en 2022

Grâce au travail réalisé par le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF), une série de mesures ont été prises pour fluidifier la prise en charge des patients. Le délai d’attente pour une consultation s’est déjà beaucoup réduit en passant en deux ans de 66 à 43 jours. Il existe cependant des différences très marquées entre les régions.

Alors qu’en Ile de France, en Provence Alpes Côte d’Azur et en Bourgogne Franche-Comté, le délai d’attente est plutôt de moins d’un moins (entre 25 et 30 jours), dans la région des Hauts-de-France, impossible d’obtenir un rendez vous chez un ophtalmologue avant 2 mois (minimum).

Pour le SNOF, la clé pour atteindre le zéro délai partout en France en 2022, serait de renforcer d’un côté la collaboration entre orthoptistes et ophtalmologistes et d’un autre côté, soutenir le développement de la téléconsultation. Dans ce cadre, pendant l'année 2020, l'Assurance Maladie et l'entreprise française d’ophtalmologie Point Vision, vont expérimenter les téléconsultations d'ophtalmologie dans les Hauts-de-France, et tenter de ainsi résoudre le problème de la disparité d'accès. 

Un rendez-vous avec un télé-ophtalmologue dans les Hauts de France enfin remboursé

Les téléconsultations sont remboursées à 70% depuis septembre 2018 sous quelques conditions. La principale pose problème: le patient doit avoir vu son ophtalmologue dans les 12 mois précédant la téléconsultation. Pour le président de Point Vision, le Dr François Pelen, cette contrainte «n’est pas adaptée à l’ophtalmologie qui ne nécessite qu’une visite tous les 3 à 5 ans». La raison évoquée par l'Assurance maladie est qu’il est nécessaire que le «médecin téléconsultant» connaisse le patient, ce qui implique d’avoir eu au moins une consultation physique avec lui.  

L’Assurance maladie  donne à travers de ce partenariat un accord dérogatoire (accord dérogatoire à l’avenant n° 6 ) qui permet à Point Vision, qui gère 35 centres d’ophtalmologie en France, de permettre le remboursement des télé-consultations dans une centre qui ouvrira bientôt en Hauts de France en passant par la collaboration des orthoptistes.

La téléconsultation en ophtalmologie ne se fait pas à 100% par vidéo conference

Point Vision ouvrira un centre de téléconsultation dans les Hauts-de-France où la demande en ophtalmologie est très forte. Équipé des derniers matériels, le centre n’aura sur place qu’une secrétaire et un orthoptiste. Les consultations avec les médecins se feront à distance. La méthodologie de la start-up Point Vision vise à libérer les ophtalmologues d’un poids de travail grâce à la collaboration avec les orthoptistes, qui eux se chargent de faire passer les tests présentiels (la mesure de la tension oculaire, l'examen du fond d'œil, de l'acuité visuelle, etc.) en permettant aux ophtalmologues de se concentrer sur les diagnostiques plus compliqués. Pour changer ses lunettes, par exemple, pas besoin d’avoir un bilan très poussé, il suffit de consulter un orthoptiste qui valide par la suite (à distance) l’ordonnance avec le médecin.

Mais toutes les consultations ne peuvent pas se faire à distance

Si le médecin estime que le patient a besoin d’examens supplémentaires, le patient devra se déplacer dans un centre Point Vision pour consulter physiquement l'ophtalmologue. L’ophtalmologue pourra également se déplacer jusqu’au petit centre satellite pour éviter que la personne ne se déplace.
Si cette expérimentation est concluante, l'Assurance Maladie compte élargir les remboursements de téléconsultation d'ophtalmologie sur cette méthode dans toute la France d'ici 2022. 

À lire aussi: Rendez-vous chez l'ophtalmo: 87 jours d'attente en moyenne 

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


Point Vision ouvrira un centre de téléconsultation dans les Hauts-de-France où la demande en ophtalmologie est très forte.

Fil d'actualités




Commentaires

-