France-Suisse : inquiétudes chez les frontaliers

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

France-Suisse : inquiétudes chez les frontaliers

Publié le 28/08/2020 à 09:57 - Mise à jour à 10:08
FABRICE COFFRINI / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Si la France était placée sur la liste des territoires à risques par la Confédération helvétique, les voyageurs, dont les travailleurs frontaliers, pourraient être soumis à une quarantaine. Les négociations se poursuivent entre Berne et Genève. 
 
La valse des « zones rouges » et des restrictions aux frontières se poursuit en Europe. Les britanniques (ou ressortissants étrangers vivant en Grande-Bretagne) revenant de Suisse ont ainsi jusqu’à samedi 4 heures du matin pour rentrer au bercail. Faute de quoi, a prévenu le gouvernement anglais, ce sera quatorzaine obligatoire.
 
Une liste d’Etats à risque
 
Mais ce qui inquiète des Français aujourd’hui, et bien sûr tout particulièrement les frontaliers, c’est la situation inverse. Le Conseil fédéral suisse parle en effet de placer la France dans sa liste des « Etats ou territoires à risque élevé d’infection », avec pour conséquence la mise en quarantaine, pendant dix jours chez nos voisins, des voyageurs en provenance de ces pays.
 
Sur la liste suisse en date du 20 août, actualisée tous les dix ou quinze jours, figurent déjà parmi une cinquantaine de pays, la Belgique, l’Espagne, le Luxembourg, Monaco, Malte, ou encore la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et l’Albanie.
 
Les autorités helvètes ont fixé un seuil à ne pas dépasser pour éviter la liste et ses conséquences : un taux de contamination au coronavirus de 60 cas pour 100000 habitants.
 
Genève veut convaincre Berne
 
La France n’y est pas encore, même si des départements sont largement au-dessus du « seuil d’alerte », qui est lui fixé à 50 cas pour 100000 habitants. Au 27 août, le taux d’incidence national est en effet de 42,41. 
 
Mais manifestement la circulation du virus s’accélère et l’inquiétude grandit chez les travailleurs frontaliers. Ils sont en effet plus de 100000 à passer chaque jour la frontière entre la France et la Suisse romande.
Qui plus est, les taux d’incidence des départements frontaliers restent relativement bas avec moins de 20 cas dans le Doubs et le Jura, moins de 30 dans l’Ain et en Haute-Savoie.
 
Si les décisions françaises se prennent souvent à Paris, en Suisse, cela se passe à Berne. Cette fois, le gouvernement de Genève espère bien pouvoir prendre la main, faire valoir la spécificité de son canton, et ainsi éviter de nouvelles restrictions. 
 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les frontaliers craignent de nouvelles restrictions à la frontière franco-suisse

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-