Grippe: le vaccin moins efficace cette année

Auteur(s)
VL
Publié le 12 février 2015 - 16:00
Image
Une personne se fait vacciner contre la grippe.
Crédits
©Rogelio V.Solis/Sipa
L'épidémie de grippe en France devrait bientôt atteindre son pic avant de retomber.
©Rogelio V.Solis/Sipa
Suite à la mutation d'une des souches de la grippe, la vaccination a perdu une partie de son efficacité cette année. Mais l'épidémie, proche de son pic, n'a pas atteint un seuil inquiétant pour autant.

Se faire vacciner contre la grippe reste une bonne précaution mais n'est pas efficace à 100% en temps normal, et encore moins cette année. Alors que les Français semblaient cet hiver plus enclins à se faire vacciner, l'efficacité du produit a partiellement diminué en raison d'une mutation d'un virus.

Il existe en effet plusieurs formes de grippe. Chaque début d'année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) émet des prévisions sur les souches qui risquent d'être présentes lors de la prochaine épidémie. En février dernier, l'OMS a mis en garde contre trois formes du virus de la grippe. Les vaccins ont donc été adaptés et fabriqués en conséquence.

L'OMS ne s'est pas trompée, mais malheureusement, la grippe lui a joué un vilain tour. L'un des trois virus, nom de code H3N2, a muté entre-temps. Le vaccin supposé le combattre a donc perdu en efficacité. Il ne permettrait d'éviter les symptômes grippaux que dans 3,5% des cas.

Toutefois, ce chiffre est à relativiser. Ce problème de mutation ne concerne qu'une seule des trois souches virales. Face aux deux autres, les vaccins connaissent la même efficacité que d'habitude. L'épidémie de H3N2 est plus difficile à endiguer mais les autorités sanitaires françaises se veulent rassurantes. L'InVs (Institut de veille sanitaire) admet que l'efficacité du vaccin contre la souche mutante "n'est pas optimale" mais que l'épidémie de grippe reste dans les valeurs attendues et que se faire vacciner reste le meilleur moyen de s'en prémunir. Et même si "l'excès de mortalité de toutes causes augmente de nouveau, essentiellement chez les personnes de 65 ans et plus, la part attribuable à la grippe dans ces décès n'est pas connue".

Selon le réseau Sentinelles, la grippe devrait bientôt atteindre son pic épidémique en France et commencer à reculer dans les semaines à venir. Depuis que la maladie a atteint son seuil épidémique mi-janvier, près d'1,5 million de cas ont été recensés, 42 décès ont été relevés depuis le 1er novembre.