Grippe saisonnière: le vaccin anti-grippe fait son come-back

Grippe saisonnière: le vaccin anti-grippe fait son come-back

Publié le :

Lundi 01 Décembre 2014 - 14:28

Mise à jour :

Mercredi 03 Décembre 2014 - 15:43
Depuis le début de la campagne nationale de vaccination contre la grippe, le 10 octobre dernier, les plus de 65 ans semblent de plus en plus motivés à se faire vacciner. Boudé jusqu'à présent par une grande partie de la population, le vaccin anti-grippe connaît un regain d'intérêt.
©Jon Garcia/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Après avoir boudé le vaccin antigrippe pendant plusieurs années, les Français semblent désormais plus enclins à se faire vacciner. Depuis le lancement de la campagne de vaccination le 10 octobre dernier, le vaccin contre la grippe connaît un regain d'intérêt, notamment chez les personnes âgées. Selon OpenHealt, un organisme spécialisé dans les données de santé, les plus de 65 ans étaient, début novembre, 2% de plus que l'année dernière à se faire vacciner. Pour autant, l'objectif fixé des 75% est encore loin d'être atteint. Au 29 novembre, ils étaient 52% à avoir été vaccinés.  

Chose plus surprenante: cette tendance à la hausse s'expliquerait notamment par l'épidémie d'Ebola. Selon plusieurs spécialistes contactés par Europe-1, la forte médiatisation de l'épidémie rendrait les Français plus "soucieux de leur santé". Le retour des demandes de vaccination s'expliquerait également par la crainte moins importante des Français face aux éventuels effets secondaires du vaccin contre la grippe. Mis en avant ces dernières années pour expliquer la faible volonté vaccinale individuelle, les effets secondaires semblent avoir moins d'importance aux yeux des Français. Contre cette maladie, face à laquelle les antibiotiques sont inefficaces, la vaccination reste, selon les experts, l'un des meilleurs moyens de prévention.

Chaque année, de nombreux décès pourraient être évités si le nombre de personnes vaccinées augmentait. A titre d'exemple, 15% de personnes vaccinées en plus cet hiver se traduirait par 1.000 à 1.500 morts de la grippe en moins. L'année dernière, 105 décès ont été directement attribués à la grippe, auxquels se sont ajoutés 7.700 décès indirects (patients chez qui la grippe a révélé une affection mortelle sous-jacente, personnes déjà fragiles, etc.).

Le ministère de la Santé et l’Assurance maladie recommandent ainsi fortement la vaccination aux personnes à risque comme les personnes de plus de 65 ans, les personnes atteintes d’obésités ou sujettes aux maladies chroniques, les femmes enceintes, les nourrissons ainsi que les personnels de santé. Pour ces personnes, dites vulnérables, le vaccin est 100% gratuit jusqu'au 31 janvier, date de la fin de la campagne nationale de vaccination contre la grippe.

 

La vaccination contre la grippe connaît cette année un regain d'intérêt, notamment chez les personnes âgées.


Commentaires

-