Haut-Rhin: les urgences de Thann fermées temporairement faute de médecins

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Haut-Rhin: les urgences de Thann fermées temporairement faute de médecins

Publié le 12/09/2016 à 10:38 - Mise à jour à 10:58
©Lydia/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Faute de médecins, l'hôpital de Saint-Jacques de Thann dans le Haut-Rhin a été contraint de fermer temporairement son service des urgences. Ce dernier devrait rouvrir mardi. En attendant, les patients ayant besoin d'une prise en charge rapide devront s'adresser à une infirmière dite d'orientation.

Situation "exceptionnelle", prévient la direction de l'hôpital de Saint-Jacques de Thann dans le Haut-Rhin.  Faute de praticiens, le centre hospitalier de cette commune de 8.000 habitants a été contraint de fermer son service des urgences de façon temporaire.  "Dans un contexte de pénurie de personnel médical au service des urgences du site de Thann, le GHRMSA est contraint de suspendre temporairement le fonctionnement de ce service jusqu’au mardi 13 septembre 2016 à 8h30", a ainsi annoncé le Groupe Hospitalier de la Région de Mulhouse et Sud Alsace dans un communiqué vendredi 9. Pendant cette période, les patients qui ont besoin d'une prise en charge rapide doivent s'adresser à une infirmière dite d'orientation. Cette dernière est chargée de les rediriger vers les cabinets de médecins ou les autres établissements hospitaliers les plus proches selon leur état.  

D'après le quotidien régional L'Alsace, depuis le 1er septembre, "un médecin seul assure désormais les urgences de jour et de nuit, soit 24 heures de garde" alors qu’"auparavant, il y avait deux médecins le jour et un médecin la nuit". Ce centre hospitalier situé à l'Est de Mulhouse compte "deux lits pour les hospitalisations d'urgence et une salle de déchoquage", précise le journal. En moyenne, 44 patients y sont accueillis chaque jour "en provenance des vallées de Saint Saint-Amarin, Masevaux, mais aussi de Cernay et du Bassin potassique". "Je ne peux que déplorer cette situation pour les habitants de Thann et de sa région qui doivent se déplacer vers Mulhouse, Guebwiller ou Altkirch. Cette fermeture relève de l’organisation interne de l’hôpital mais j’espère que tout sera mis rapidement en œuvre afin de trouver une solution pour que les urgences rouvrent à Thann", a commenté Romain Luttringer, le maire de la commune, au journal.

La problématique de la désertification médicale dans certaines régions est prégnante en France depuis plusieurs années. D'après une étude de l'UFC-Que Choisir datant de juin dernier, 3 millions de Français vivent dans un désert médical et l'accès à un médecin peut être difficile pour 15 millions de patients. Dans un tel contexte, des services sont régulièrement obligés de fermer, de façon temporaire ou définitive. Fin avril, le tribunal administratif de Caen avait ainsi confirmé la fermeture définitive du service des urgences de l’hôpital de Valognes (Manche), faute de praticiens. Le mois d'avant, une commune bretonne désespérée de ne pas trouver de médecin pour reprendre le cabinet local avait fait le buzz en annonçant avoir recruté un druide

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


En France, des services médicaux sont régulièrement obligés de fermer faute de praticiens.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-