Japon: des chirurgiens découvrent chez une adolescente un cerveau en formation sur ses ovaires

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Japon: des chirurgiens découvrent chez une adolescente un cerveau en formation sur ses ovaires

Publié le 10/01/2017 à 07:30 - Mise à jour à 07:31
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le cas est troublant: une jeune patiente japonaise s'est fait retirer chirurgicalement deux tumeurs en pleine croissance sur ses ovaires. Il s'agissait en fait d'un tronc cérébral en formation.

Le corps humain révèle parfois bien des surprises qui n’ont pas fini d’alimenter la littérature scientifique. Des chirurgiens japonais viennent en effet de décrire dans un article de la revue Neuropathology comment ils ont retiré une tumeur qui était en fait… un cerveau en formation. Plus troublant encore, la structure en question était en train de s’élaborer dans les ovaires de la patiente, une jeune fille de 16 ans.

C’est au Japon que les faits se produisent. A la base, une opération pratiquement bénigne réalisée sur une adolescente: une ablation de l’appendice. Mais c’est au cours de l’intervention que les chirurgiens vont réaliser que deux tumeurs de dix et cinq centimètres étaient en train de se développer sur les ovaires.

Ils les retirent et pratiquent une analyse détaillée des tumeurs en question. Ils feront une découverte stupéfiante: à l’intérieur, une structure cérébrale de 3 centimètres de large recouverte d’une plaque d’os et même… des touffes de poils. Les chercheurs expliquent aussi que la seconde tumeur, accolée à la première pouvait constituer un début de tronc cérébral.

Les examens ont défini la nature exacte de la protubérance: un tératome mature de l’ovaire. Cette tumeur bénigne de nature kystique est l’une des plus fréquentes chez la jeune femme. Mais un tel niveau de différenciation de la nature des cellules semble inédit.

Les chirurgiens précisent que les faits remontent à trois ans et que la patiente a consulté une fois, trois mois après son opération et qu’elle ne présentait aucun signe de récidive tumorale. Après cette visite post-opératoire, les médecins ne l’ont plus revue.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


La jeune fille se faisait opérer pour une simple ablation de l'appendicite.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-